Modifié le 14 septembre 2018

Raiffeisen désigne Guy Lachapelle président du groupe bancaire

Guy Lachapelle quitte la direction de la Banque cantonale de Bâle pour la présidence de Raiffeisen.
Raiffeisen désigne Guy Lachapelle président du groupe bancaire Le 12h30 / 1 min. / le 14 septembre 2018
Le groupe bancaire saint-gallois Raiffeisen a choisi l'actuel directeur général de la Banque cantonale de Bâle Guy Lachappelle pour présider son conseil d'administration. Il sera rejoint par quatre nouveaux administrateurs.

Juriste, Guy Lachappelle dirige la Banque cantonale de Bâle depuis 2013, précise vendredi Raiffeisen. Il succédera au vice-président Pascal Gantenbein, lequel assure l'intérim à la présidence du troisième groupe bancaire helvétique depuis début mars et la démission du président Johannes Rüegg-Stürm dans le sillage de l'affaire Pierin Vincenz.

Pascal Gantenbein avait renoncé à briguer la présidence une semaine après que le directeur général Patrik Gisel a annoncé son départ pour décembre.

Affaire Vincenz

Patrik Gisel avait tiré les conséquences des critiques à son encontre depuis l'éclatement de l'affaire Pierin Vincenz, son prédécesseur, dont il était le suppléant au moment des faits reprochés à ce dernier. Outre la désignation de Guy Lachappelle, Raiffeisen proposera également à l'assemblée extraordinaire des délégués du 10 novembre prochain la nomination de quatre nouveaux administrateurs, à savoir Karin Valenzano Rossi, Andrej Golob, Thomas Müller et Beat Schwab.

Dans le cadre de l'examen de l'ère Pierin Vincenz, Patrik Gisel a fait l'objet de critiques répétées en raison de son rôle de suppléant du Grison, lequel a dirigé l'Union des banques Raiffeisen durant pas moins de 17 ans, contribuant à sa vive expansion.

ats/jgal

Info traitée dans le Journal horaire de 08h00 sur La Première

Publié le 14 septembre 2018 - Modifié le 14 septembre 2018

Les soupçons qui pèsent sur Pierin Vincenz

Pierin Vincenz a été libéré à mi-juin, après 15 semaines de détention préventive. Il est soupçonné de s'être enrichi personnellement lorsqu'il présidait la société de cartes de crédit Aduno, grâce à plusieurs acquisitions. La procédure pénale pour gestion déloyale menée à son encontre est toujours en cours.

Pierin Vincenz ainsi que son associé avaient été placés en détention préventive le 27 février. La mesure avait été prolongée en mai, après que le Ministère public a découvert de nouvelles transactions incriminantes devant être examinées.