Modifié

La guerre commerciale se précise après les taxes douanières américaines

Des bobines d'acier de l'industrie allemande, frappées par la nouvelle taxe américaine. [Martin Meissner - AP Photo / Keystone]
Des bobines d'acier de l'industrie allemande, frappées par la nouvelle taxe américaine. [Martin Meissner - AP Photo / Keystone]
Les Etats-Unis ont annoncé jeudi des taxes douanières ciblant spécifiquement leurs alliés, qui ont commencé à riposter, précipitant l'économie mondiale au bord de la guerre commerciale.

Les Etats-Unis imposeront des droits de douane de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium importés aux Etats-Unis par l'Union européenne, le Canada et le Mexique à compter de ce vendredi.

>> Lire aussi: Les Etats-Unis vont taxer l'aluminium et l'acier européens, l'UE va riposter

Qualifiant ces taxes d'"inacceptables", le Premier ministre canadien Justin Trudeau a estimé qu'elles étaient "un affront au partenariat de sécurité existant de longue date entre le Canada et les Etats-Unis".

Le Canada a immédiatement riposté en annonçant des taxes sur 16,6 milliards de dollars canadiens (12,6 milliards de francs) de produits américains.

"Erreur" et  décision "illégale", selon Macron

Cette décision est "une erreur" et est "illégale", a signifié le président français Emmanuel Macron au président américain au cours d'un entretien téléphonique. Il lui a également confirmé l'intention de l'Union européenne de riposter "de manière ferme et proportionnée".

"Nous ne pouvons comprendre, que nous, alliés des Etats-Unis, puissions être frappés par les tarifs américains", a réagi le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire. "La responsabilité en incombe entièrement aux autorités américaines, à elles de décider si elles veulent oui ou non entrer dans un conflit commercial avec leur partenaire le plus proche", a-t-il ajouté.

La chancelière allemande Angela Merkel s'est pour sa part alarmée d'"une escalade qui nuira à tout le monde".

L'UE va porter devant l'OMC

"Les Etats-Unis ne nous laissent pas d'autre choix que de porter ce conflit devant l'OMC et d'imposer des droits de douane supplémentaires à des produits en provenance des USA", a par ailleurs réagi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

L'exécutif européen a fait savoir que l'UE appliquerait des droits de douane sur 2,8 milliards d'euros (3,2 milliards de framcs) d'exportations américaines, dont le bourbon, le beurre de cacahuètes, les Harley Davidson et les jeans.

L'UE "n'est en guerre avec personne", a de son côté affirmé la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini, tout en soulignant que l'UE défendrait ses intérêts.

Frappé également, parce qu'il ne plie pas assez vite face aux revendications américaines dans la renégociation de l'Aléna, le Mexique a condamné "catégoriquement" les mesures américaines et annoncé "des mesures équivalentes sur divers produits" dont certains aciers, des fruits et des fromages.

ats/reuters/mre

Publié Modifié

Le secteur automobile bientôt visé?

Autre sujet d'inquiétude pour les Européens, l'administration de Donald Trump menace également de taxer les importations d'automobiles aux Etats-Unis.

Selon le magazine allemand Wirtschaftswoche, le président américain a dit en avril à son homologue français Emmanuel Macron qu'il comptait interdire les voitures de luxe allemandes aux Etats-Unis.

Discussion au G7

Le Canada, qui est l'hôte jusqu'à samedi du G7 Finances, entend profiter de cette réunion des ministres des finances pour tenter de convaincre l'administration Trump de revenir sur leur décision.

Le G7 avait pour objectif de débattre de la manière d'"investir dans la croissance économique qui profite à tout le monde", et "malheureusement nous devons parler de tarifs", a regretté Bill Morneau, le ministre canadien.