Modifié le 08 mai 2018 à 17:46

Audi soupçonné d'une fraude aux normes antipollution avec l'AdBlue

Le logo d'Audi.
Le logo d'Audi. [Matthias Schrader - AP/Keystone]
Le constructeur automobile Audi, déjà empêtré dans le scandale du "dieselgate", est soupçonné d'avoir manipulé des dizaines de milliers d'autres véhicules pour contourner des normes écologiques, ont annoncé les autorités allemandes.

L'agence fédérale de l'automobile "KBA a lancé une enquête suite à des soupons de manipulation des véhicules de modèles A6/A7, 33'000 véhicules sont touchés en Allemagne et 60'000 en tout", a indiqué mardi cet organisme.

L'agence n'a pas indiqué si elle envisageait des rappels de ces voitures.

Lié à l'AdBlue

Selon le journal allemand der Spiegel, la fraude concerne le système antipollution AdBlue, un liquide qui "aspire" le dioxyde d'azote (NO2). Le système ferait en sorte que ce liquide onéreux soit injecté en moindre quantité dans le pot catalytique pour en limiter la consommation. Il en résulterait de plus fortes émissions de gaz polluants.

Les constructeurs allemands Daimler et Volkswagen, la maison mère d'Audi, avaient déjà été menacés en février par les autorités de rappels massifs, suite à la découverte de manipulations sur leur dispositif AdBlue. Audi a déclaré qu'il s'exprimerait ultérieurement sur les nouveaux soupçons.

>> Lire aussi: Adblue, ce liquide anti-pollution qui va renchérir le coût du diesel

ats/cab

Publié le 08 mai 2018 à 15:07 - Modifié le 08 mai 2018 à 17:46

Un "dieselgate" qui a touché 11 millions de voitures

Volkswagen a reconnu à l'automne 2015 avoir équipé 11 millions de ses voitures diesel, dont environ 600'000 aux Etats-Unis, d'un logiciel capable de fausser le résultat des tests antipollution et dissimulant des émissions dépassant parfois jusqu'à 40 fois les normes autorisées.

Ce scandale a déjà coûté au constructeur plus de 25 milliards de dollars en rappels de véhicules et procédures judiciaires.