Modifié le 07 mai 2018 à 07:56

Ces livres pour enfants qui se vendent des milliers de francs sur Amazon

Les ventes de livres pour enfants sur Amazon sont soupçonnées de couvrir des opérations de blanchiment d'argent
Les ventes de livres pour enfants sur Amazon sont soupçonnées de couvrir des opérations de blanchiment d'argent 19h30 / 4 min. / le 06 mai 2018
Sur le site de vente en ligne Amazon, certains livres pour enfants s'échangent à des prix exorbitants, totalement déconnectés de la réalité. Entre blanchiment d'argent et bug informatique, les explications divergent.

Plus de 10'000 francs pour un simple livre d’occasion. Sur Amazon, les offres comme celles-ci se multiplient, notamment sur les onglets réservés aux ouvrages pour enfants. A ce prix-là, qui se risquerait à cliquer sur le bouton "acheter"? Selon le quotidien britannique The Guardian, ces livres à prix fous serviraient en réalité à blanchir de l'argent.

Chercheur à l’Institut de lutte contre la criminalité économique à la HEG Arc, Mariame Krauer-Diaby estime que cette thèse est plausible: "Le délinquant va ouvrir un compte de vente sur Amazon et proposer des livres d'occasion à des prix élevés. Par la suite, un membre du réseau du blanchisseur achète ces livres. Les revenus générés sont ainsi tout à fait licites".

Amazon mène l'enquête

Les vendeurs qui mettent en ligne ces offres mystérieuses sont souvent les mêmes, à l'instar de la boutique française RecycLivre. Contactée, celle-ci explique qu'il peut y avoir "des bugs informatiques provoquant l'affichage de prix erronés". Et de préciser: "Lorsque c'est le cas, le prix est réajusté en fonction des prix existants".

En clair, la faute proviendrait des algorithmes qui fixent automatiquement les prix sur Amazon, comme l'exemplifie dans le document du 19h30 Lê Nguyen Hoang, collaborateur à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. "On peut imaginer assez rapidement les prix décoller. Ca peut atteindre des millions en quelques mois pour un livre qui vaut à la base 10 euros", explique le chercheur au Laboratoire de programmation distribuée.

Amazon, qui touche 15% de commission sur chaque vente de livre, a indiqué à la RTS mener l’enquête sur les cas signalés. Le site affirme également collaborer avec les cellules de renseignements financiers pour lutter contre le blanchiment de capitaux.

>> Voir le document du 19h30 ci-dessus

Cécile Tran-Tien, Dimitri Zufferey

Publié le 06 mai 2018 à 20:51 - Modifié le 07 mai 2018 à 07:56