Modifié le 27 février 2018 à 11:59

Après 2 ans de baisse, les exportations d'armes suisses repartent à la hausse

Un atelier de Ruag photographié le 19 mars 2015.
Un atelier du fabricant Ruag photographié le 19 mars 2015. [Keystone]
Les exportations suisses de matériel de guerre ont augmenté de 8% l'an dernier, après deux ans de baisse. La Suisse a exporté vers 64 pays en 2017, a communiqué mardi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

Les principales ventes ont concerné des systèmes de défense antiaérienne vers la Thaïlande (pour 87,6 millions de francs), différents types de munitions et de composants de munitions vers l'Allemagne (78,3 millions) et des appareils de conduite de tir pour systèmes de défense antiaérienne vers le Brésil (32,9 millions).

En 4e et 5e positions des pays destinataires figurent l'Afrique du Sud et les Etats-Unis. Le montant total des exportations d'armes se monte à 446,8 millions de francs en 2017.

Poids minime des armes de guerre

Par catégories, 39,4% des livraisons effectuées ont été constituées de matériel de conduite de tir et 30,5% de munitions et de leurs composants pour armes de tout calibre. Les armes de guerre représentent 0,15% du total des exportations.

S'agissant des biens militaires spécifiques -par exemple les avions militaires d'entraînement non armés ou les drones d'exploration-, le SECO a délivré des autorisations pour 71 millions de francs, en nette baisse par rapport à 2016.

ats/ta

Publié le 27 février 2018 à 10:19 - Modifié le 27 février 2018 à 11:59

Interdiction de réexporter

L'ordonnance sur le matériel de guerre interdit d'exporter si le pays de destination est impliqué dans un conflit armé interne ou international.

Par ailleurs, depuis le 1er novembre 2012, lorsqu'elle accorde une autorisation d'exportation de matériel de guerre, la Suisse peut se réserver le droit d'aller vérifier sur place si la déclaration de non-réexportation est respectée.

Critiques du GSsA

Le Groupe pour une Suisse sans Armée (GSsA) dénonce des exportations de matériel de guerre "toujours plus importantes". Il appelle à un arrêt immédiat de ces dernières vers les pays en guerre.

"Ces exportations vont vers des pays comme l’Arabie saoudite (4,7 millions) et les Emirats arabes unies (3,2 millions), tous deux impliqués dans la guerre au Yémen", fustige le GSsA. La Suisse continue d’y exporter des armes légères, dernièrement 139 armes de poing et 27 fusils d’assaut, relève l'organisation.