Modifié le 14 février 2018

En pleine transformation, Kudelski enregistre un recul de son bénéfice

André Kudelski, lors de son intervention au WEF.
André Kudelski, lors de son intervention au WEF. [Laurent Gillieron - Keystone]
Le groupe technologique vaudois Kudelski a vu son bénéfice fortement reculer l'année dernière, en raison notamment de la réorientation vers la cybersécurité. Des investissements importants sont encore prévus en 2018.

Kudelski a dégagé en 2017 un bénéfice net des activités poursuivies de 2,7 millions de dollars (2,5 millions de francs), contre 88,5 millions une année auparavant, a indiqué mercredi la société sise à Cheseaux-sur-Lausanne (VD) dans un communiqué.

Revenant sur la transformation du groupe, l'administrateur-délégué André Kudelski observe dans un entretien accordé à l'ats que "les choses se sont déroulées plus rapidement que nous ne l'avions pensé". Si la demande en cybersécurité "a été soutenue" et qu'elle s'est développée de façon favorable pour l'internet des objets, la télévision à péage historique a connu une baisse de volume.

>> Ecouter à ce propos l'interview d'André Kudelski dans Forum:

André Kudelski lors de la présentation des résultats 2017.
Salvatore Di Nolfi - EPA/Keystone
Forum - Publié le 14 février 2018

Coûts de restructuration

Le chiffre d’affaires et les autres produits d'exploitation se sont globalement enrobés de 7,1%, à près de 1,1 milliard de dollars, grâce notamment à la performance des activités de cybersécurité et du domaine de l'accès public (événements, parkings, ski). En incluant les opérations discontinues, les ventes atteignent 1,14 milliard.

Au niveau opérationnel, le résultat (EBIT) avant coûts de restructuration a reculé de 113,5 à 48,1 millions de dollars entre 2016 et 2017. Après coûts de restructuration de 22,5 millions, le résultat opérationnel atteint 25,6 millions.

47% du chiffre réalisé aux Etats-Unis

Dans le détail, l'activité cybersécurité a plus que doublé sa contribution aux revenus du groupe. Cette évolution reflète la consolidation complète de M&S Technologies depuis janvier 2017, ainsi que la forte performance de l'entité en Europe. Kudelski Security a en effet connu une croissance solide des deux côtés de l'Atlantique.

Au niveau géographique, l'entreprise a enregistré "une progression très forte aux Etats-Unis" prolonge André Kudelski, qui fait désormais "la navette de façon extrêmement intensive" entre ce pays où il s'est établi et l'Europe. Pas moins de 47% du chiffre d'affaires du groupe - qui publie désormais ses comptes en dollars - est réalisé aux Etats-Unis.

La firme a revu la répartition de ses activités, afin de concentrer les opérations sur certains sites clés. La restructuration a été achevée en Norvège et aux Etats-Unis.

Ajustements terminés en Suisse

"Tous les ajustements qui devaient avoir lieu en Suisse ont été faits", ajoute André Kudelski. S'il n'articule pas de chiffre, il précise toutefois que "des postes ont été ouverts et d'autres ont disparu". Les effectifs en Suisse sont stables - environ 750 personnes. Le groupe emploie au total quelque 3900 collaborateurs dans le monde.

Kudelski prévoit d'autres mesures significatives de restructuration visant à optimiser les opérations sur d’autres sites européens. En 2017, une réduction de coûts de 23,3 millions de dollars a déjà été réalisée. Une nouvelle réduction de 50 à 70 millions est prévue pour 2018.

ats/jgal

RTS La Première Journal horaire de 08h00

Publié le 14 février 2018 - Modifié le 14 février 2018

Joseph Deiss s'en va

Joseph Deiss ne briguera pas un nouveau mandat d'administrateur au sein du conseil d'administration de Kudelski en mars prochain. L'ancien conseiller fédéral (de 1999 à 2006) était entré dans l'organe de surveillance du groupe technologique vaudois en 2012.

"Le conseil d’administration remercie sincèrement Joseph Deiss pour sa participation au cours des dernières années, aux différents conseils et comités du groupe", indique mercredi Kudelski.

Joseph Deiss (72 ans) avait déjà été membre du conseil d'administration d'OpenTV, jusqu'à l'acquisition complète de cette société par le groupe vaudois en mars 2010.