Modifié le 15 février 2018

Le CD décline, une époque se termine

Christian Wicky, directeur de la société de distribution de musique Irascible.
Malmené par le vinyle et le streaming, le CD s'apprête à disparaître La Matinale / 3 min. / le 14 février 2018
Les chaînes de production de CD ferment les unes après les autres. Le support d'enregistrement est fortement touché par la progression des abonnements aux plateformes musicales en ligne.

Le fabricant MPO, basé en France, fournisseur pour toute l'Europe, a baissé de moitié le nombre de CD qui sortent de son usine, de 64 millions en 2010 à 31 millions en 2016.

Aux Etats-Unis, le géant de la distribution électronique Best Buy, dont le chiffre d'affaires annuel culmine à près de 40 milliards de francs, vient d'annoncer qu'il cessera de vendre des CD dans ses 1100 magasins à partir du 1er juillet 2018.

En Suisse, le mouvement n'a pas encore pris une telle ampleur, mais ce ne serait qu'une question de temps. Christian Wicky, directeur de la société de distribution de musique Irascible, explique qu'il y a "10 ans, le CD, c'était 90% de notre chiffre d'affaires. Maintenant, c'est 30% et dans cinq ans, ça ne sera sûrement que 5% de notre chiffre d'affaires". Pour Christian Wicky, le CD ne sera plus un objet de grande consommation, ce sera un objet "vendu par des artisans", et à beaucoup plus petite échelle, à "des fans d'artistes".

Le streaming prend le dessus

Les abonnements aux plateformes musicales ont progressivement raison du petit disque argenté. L'érosion du marché se fait lentement, mais sûrement, avec la complicité des industriels.

Pour Stéphane Kohler, alias DJ Mandrax et producteur de musique, "le CD est un support qui se dégrade à long terme et devient obsolète". Les téléchargements et la musique sous format électronique uniquement seront à terme l'avenir de la musique. Et Stéphane Kohler rappelle qu'Apple pourrait renoncer totalement à vendre des MP3 pour passer uniquement au streaming d'ici 2019.

Le retour fulgurant du vinyle

Alors que le vinyle avait pratiquement disparu comme support pour écouter de la musique, il signe un retour dans les bacs des disquaires. Universal a demandé à ses équipes d'augmenter les ventes de vinyles de 300% cette année.

Le disque microsillon est redevenu tendance. Un retour en grâce qui fait dire à Eric Jeantet, disquaire à Lausanne, que le CD n'est pas mort: comme le vinyle, d'ici quelques années il pourrait être de nouveau recherché par les amateurs de musique: "Je vends plus de vinyles que de CD (...), plus la dématérialisation est présente, plus il y a des gens qui retournent au support physique."

Toute la question est donc de savoir si une dématérialisation totale de la musique est possible. Le présent nous prouve le contraire. Après le retour du vinyle, la cassette audio serait de nouveau recherchée: ses ventes étaient en hausse de 35% au cours de l'année dernière en France, 75% aux Etats-Unis.

Estelle Braconnier/ebz

Publié le 14 février 2018 - Modifié le 15 février 2018