Modifié le 11 décembre 2017 à 20:38

Le bitcoin très demandé pour ses débuts sur une bourse mondiale

Le bitcoin continue son envolée phénoménale
Le bitcoin continue son envolée phénoménale 19h30 / 2 min. / le 11 décembre 2017
Le bitcoin, mère controversée des monnaies virtuelles, a fait un démarrage en fanfare dimanche sur une bourse mondiale, dépassant sans encombre les 18'000 dollars l'unité dans sa quête de reconnaissance populaire.

Vers minuit, un des premiers produits financiers permettant de parier sur l'évolution et l'avenir de la monnaie virtuelle et proposé sous le symbole boursier "XBT" par le Chicago board options exchange (Cboe), une des deux plates-formes boursières américaines de contrats à terme, a été proposé au prix de 15'000 dollars.

Contrats à plus de 18'000 dollars

S'en est suivie une forte volatilité et un fort trafic ayant rendu inaccessible le site internet du Cboe dans les vingt premières minutes. L'opérateur boursier a assuré que les échanges n'ont pas été affectés et clôtureront lundi vers 22h15 (en Suisse) pour cette première séance.

Vers 04h20, le bitcoin s'envolait à 17'750 dollars l'unité pour le contrat à terme devant expirer le 17 janvier et dépassait ainsi le plus haut franchi sur des plates-formes alternatives sur internet non régulées. Il est même monté dimanche jusqu'à 18'010 dollars.

afp/jc

Publié le 11 décembre 2017 à 08:50 - Modifié le 11 décembre 2017 à 20:38

Des banques réfractaires

"Nous demeurons inquiets sur l'absence de transparence et de régulation" du bitcoin et "nous demandons si les échanges vont être contrôlés de façon appropriée afin de s'assurer que le (bitcoin) n'est pas objet de manipulation et de fraude", écrit la FIA, association regroupant les grandes banques faisant l'interface entre investisseurs sur le marchés des contrats à terme.

En conséquence, JPMorgan, Bank of America Merrill Lynch, Citigroup et Barclays ne jouaient pas les intermédiaires dimanche pour leurs clients voulant investir dans les produits bitcoin, ont indiqué à l'AFP des sources proches du dossier.

Seules Goldman Sachs et ABN Amro ont accepté de jouer les interfaces pour un nombre de clients triés sur le volet , ont-elles fait savoir à l'AFP.