Modifié le 03 novembre 2017

La Suisse larguée par la Chine dans la production de panneaux solaires

Délocalisation en Chine de l’entreprise Meyer Burger: les explications de Gaspard Kühn
Délocalisation en Chine de l’entreprise Meyer Burger: les explications de Gaspard Kühn 19h30 / 1 min. / le 02 novembre 2017
L'industrie solaire suisse est dépassée par la Chine, qui détient désormais 80% du marché mondial. En Suisse, le nombre d'employés dans le secteur a fondu de près de moitié ces cinq dernières années.

L'annonce de l'entreprise Meyer Burger est un coup dur pour le photovoltaïque suisse. Ce fleuron de l'industrie solaire délocalisera 180 postes de Thoune (BE) pour la Chine. Ces emplois concernent essentiellement la fabrication des machines à façonner les panneaux solaire.

>> Lire sur ce sujet:  L'entreprise photovoltaïque Meyer Burger arrêtera de produire à Thoune

Cette délocalisation peut surprendre, alors que la Suisse se veut à la pointe dans le domaine. Mais en réalité, cette tendance s'est amorcée il y a cinq ans.

En 2011, l'industrie photovoltaïque employait 10'000 personnes en Suisse, que ce soit dans la production, l'installation ou la recherche et développement. En 2016, soit seulement cinq en plus tard, il n'en restait plus que 5500.

Selon José Martin, responsable chaleur solaire chez Swissolar, c'est la pression des prix pratiqués par les producteurs chinois depuis cinq ans qui a engendré une baisse de la production. Non seulement en Suisse, mais aussi en Allemagne, qui était le leader mondial dans le domaine jusqu'en 2015.

Si le nombre d'emplois dans la production poursuit sa dégringolade en Suisse, ce sont les installateurs, contrôleurs et autres spécialistes de la maintenance qui bénéficient des panneaux importés de l'étranger. "Leur nombre a augmenté et devrait continuer de croître ces prochaines années", explique-t-il.

Deux millions d'emplois en Chine

Les panneaux photovoltaïques chinois s'installent en nombre sur les toits suisses. Au premier semestre 2017, la Suisse a importé pour 85 millions de francs de panneaux étrangers. A elle seule, la Chine en a livré pour 23 millions.

L'industrie suisse, qui était à la pointe dans les années 1990, est donc à la peine. Son chiffre d'affaires est passé de plus de 2 milliards de francs en 2011 à quelque 900 millions en 2015.

Subventions d'Etat

Le succès chinois s'explique par des coûts de production plus bas, et une main d'oeuvre bon marché. Les subventions d'Etat ont aussi joué un rôle clé. Des milliards de yuans ont été déversés pour soutenir le secteur, permettant aux entreprises chinoises de dominer le marché.

Gaspard Kühn/Feriel Mestiri

Publié le 02 novembre 2017 - Modifié le 03 novembre 2017