Publié le 28 septembre 2017

Le marché du logement à Zurich et Genève est légèrement surévalué

Des logements en construction à Genève, en 2008 (photo prétexte).
Des logements en construction à Genève, en 2008 (photo prétexte). [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Tandis que les risques de bulle immobilière augmentent dans les grandes villes d'Europe, UBS ne s'inquiète pas pour la Suisse. La grande banque juge le marché du logement à Zurich et Genève légèrement surévalué.

En Europe, le marché donne des signes de surchauffe, constate UBS dans un rapport publié jeudi. Les risques de bulle sont en hausse à Stockholm, Munich et Amsterdam. Paris et Francfort sont davantage surévaluées depuis 2016. A l'international, c'est la métropole canadienne Toronto qui présente le plus fort risque de bulle.

Recul des prix des appartements à Genève

Pas de telle perspective en revanche sur le marché helvétique, malgré des coûts de financement parmi les plus faibles au monde, affirme UBS. Depuis 2012, les prix des appartements ont reculé de 10% à Genève, même s'ils semblent désormais avoir atteint un plancher.

En parallèle, les prix de l'immobilier ont augmenté de 10% à Zurich. Sur les quatre derniers trimestres, les prix réels y ont crû de 2%, soit plus vite que la moyenne nationale. L’achat d’un appartement de 60 mètres carrés à Zurich représente six années du salaire d’un travailleur qualifié du secteur des services, "un niveau faible par rapport à d’autres villes dans le monde", estime UBS.

ats/vkiss

Publié le 28 septembre 2017