Modifié

Le bitcoin poursuit son envolée au-delà des 1400 dollars

Des pièces de bitcoin. [Jens Kalaene - Keystone]
Des pièces de bitcoin. [Jens Kalaene - Keystone]
Le bitcoin a touché mardi un plus haut historique au-delà des 1400 dollars (1392 francs) après avoir plus que triplé de valeur en un an, sa hausse la plus récente étant attribuée à une forte demande au Japon.

La valeur de la monnaie virtuelle a bondi de près de 5% mardi sur la plateforme européenne Bitstamp pour atteindre 1455 dollars peu après 13h00. Sa hausse est supérieure à 200% depuis début mai 2016.

A ce niveau, la valeur totale des bitcoins en circulation est proche de 25 milliards de dollars, soit quasiment la capitalisation boursière d'un groupe comme Vivendi.

Moyen de paiement officiellement reconnu au Japon

Cryptocompare, un site de données analysant les échanges de bitcoins sur plusieurs dizaines de plateformes à travers le monde, a déclaré qu'environ la moitié du volume de transactions observé au cours des dernières 24 heures concernait le taux de change entre le bitcoin et le yen.

"Les Japonais ont récemment adouci leur approche du bitcoin en le traitant légalement comme un moyen de paiement, une ratification et une intégration dans le champ réglementaire", a expliqué Charles Hayter, fondateur du site.

reuters/tmun

Publié Modifié

Surveillance renforcée par Pékin

"La répression de la Chine sur les plateformes de transactions peut aussi être vue comme un facteur positif pour le secteur", a expliqué Charles Hayter du site Cryptocompare.

Les autorités chinoises ont renforcé la surveillance de ces plateformes et les contraignent à appliquer des frais de transactions, car elles craignent que le bitcoin, lancé en 2008, ne serve à contourner les contrôles des capitaux et à des opérations de blanchiment d'argent.

Une nouvelle "monnaie pétrodollar" lancée à Genève face au bitcoin

Le bilur veut concurrencer le bitcoin comme nouvelle monnaie numérique d'investissement, en convertissant pour la première fois l'énergie en produit financier. Son fondateur a aussi envisagé mardi à Genève une utilisation comme moyen de paiement prochainement.

Le choix de Genève s'est imposé de manière évidente aux dirigeants de la société londonienne R FinTech, à l'origine du bilur. La ville accueille "les maisons de négoce de matières premières d'un côté, les maisons de la finance de l'autre", a indiqué le patron Ignacio Ozcariz.

Depuis début avril, tout individu peut acheter sur une plateforme en ligne des bilur. Chaque unité vaut une tonne de pétrole au cours du jour, actuellement environ 356 dollars (environ 354 francs).
(ats)