Modifié le 15 novembre 2016

Moins de licenciements prévus à la Tribune de Genève et 24 heures

Les deux journaux romands se voient imposer une cure d'austérité.
Les deux journaux romands se voient imposer une cure d'austérité. [Laurent Gilliéron - Keystone]
Le nombre de licenciements au sein des rédactions de la Tribune de Genève et de 24 heures a pu être réduit de moitié. Les deux quotidiens romands devront néanmoins licencier douze collaborateurs.

Fin septembre, Tamedia annonçait le licenciement de 24 personnes dans les deux quotidiens régionaux pour faire face à l'accélération de la baisse des revenus depuis le début de l'année. Ce nombre a pu être réduit de moitié grâce à une négociation, puis des départs volontaires et des réductions volontaires du temps de travail, ont annoncé mardi l'éditeur zurichois et le syndicat Impressum dans un communiqué commun.

Fonds d'accompagnement

Le fonds d'accompagnement négocié avec Tamedia permettra d'aider les personnes licenciées et celles qui ont décidé de quitter volontairement l'entreprise dans le cadre d'une reconversion professionnelle ou d'un projet personnel.

S'il est soulagé de la diminution du nombre de personnes licenciées, le directeur d'Impressum Urs Thalmann rappelle "que les départs volontaires ont évité quelques licenciements, mais pas une douloureuse perte de postes de travail et d'effectifs dans les deux rédactions".

ats/lan

Publié le 15 novembre 2016 - Modifié le 15 novembre 2016