Modifié

La Suisse, paradis des cigarettiers, produit 40 milliards de clopes par an

La loi sur le tabac était au menu des discussions mardi au Parlement fédéral. [Gaëtan Bally - Keystone]
L’industrie du tabac serait- elle en train de préparer un monde sans fumée? / Le Journal du matin / 3 min. / le 28 octobre 2016
Alors que l'industrie du tabac connaît des bouleversements sans précédent, la Suisse reste un marché-refuge pour ce secteur controversé en produisant encore 40 milliards de cigarettes par année.

La Suisse reste un refuge pour l’industrie du tabac. A l'instar de Cuba et de la Corée du Nord, la Confédération n'a toujours pas ratifié la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé pour la lutte antitabac (CCLAT), entrée en vigueur il y a plus de dix ans et entérinée par 180 pays. C'est le dernier pays d'Europe à ne pas l'avoir ratifiée.

Alors que le centre de recherches de Philip Morris à Serrières (NE) élabore depuis une décennie ce qui devrait un jour remplacer la cigarette, la Suisse produit encore 40 milliards de cigarettes par année, ce qui représente environ 6,5 milliards de francs de retombées par an, selon le cabinet d'audit KPMG.

Stratégie centrée sur les pays émergents

Grâce à des soutiens politiques historiques, le lobby du tabac - un secteur qui emploie des milliers de personnes en Suisse - a en effet pu maintenir une situation exceptionnelle: la Suisse exporte hors de l’Union européenne des cigarettes dont les taux de nicotine, de goudron et de monoxyde de carbone sont supérieurs à ce qu’autorise l’UE.

Cette stratégie permet de répondre à la baisse du nombre de fumeurs en Occident. Alors que deux tiers des Américains ont abandonné la fumée depuis 1980 et que le taux de fumeurs en Suisse est passé en 15 ans de 33% à 25%, les adeptes de la cigarette sont toujours plus nombreux dans les pays émergent, notamment en Chine, qui capte la moitié du marché mondial.

Frédéric Mamaïs/lan

Publié Modifié

Les mesures préconisées par l'OMS

La Suisse a signé en 2004 déjà la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé pour la lutte antitabac (CCLAT). "L'objectif à terme est la ratification", note l'Office fédéral de la santé publique sur son site internet, qui rappelle la volonté du Conseil fédéral de mettre en oeuvre le projet de l'OMS.

La CCLAT vise à réglementer le secteur, avec pour objectif d'améliorer la santé de la population mondiale.

Cet texte préconise notamment de lutter contre la contrebande de cigarettes, de restreindre de la publicité pour le tabac, de mettre en place des mesures de protection contre le tabagisme passif, de veiller à faire figurer des mises en garde sur les produits du tabac et d'interdire la vente de ces produits aux mineurs.