Modifié le 22 septembre 2016

Chez Coop et Migros, les sacs jetables vont désormais coûter 5 centimes

Coop et Migros feront payer les sacs plastiques
Coop et Migros feront payer les sacs plastiques 19h30 / 1 min. / le 22 septembre 2016
Alors que le Parlement a renoncé jeudi à demander une interdiction des sacs plastique à usage unique, Coop et Migros ont dans le même temps annoncé qu'ils les factureraient 5 centimes dès cet automne.

Selon des tests et des sondages réalisés par Coop, quatre clients sur cinq renoncent au sac plastique dès lors que celui-ci devient payant, indique le détaillant dans un communiqué. C'est pourquoi il a décidé de les facturer 5 centimes par pièce dès le 24 octobre. La nouvelle mesure sera tout d'abord testée à Zurich, avant d'être généralisée à toute la Suisse au printemps 2017.

Dans le même temps, Migros a aussi fait savoir que les sacs plastique, distribués jusqu'ici gratuitement, coûteraient aussi 5 centimes à toutes les caisses dès le 1er novembre. Le détaillant dit s'appuyer sur des tests réalisés depuis 2013 par Migros Vaud, qui ont permis une baisse "considérable" de l'utilisation des sacs jetables.

Un matériau 100% recyclable

Tant Migros que Coop déclarent agir ainsi pour des raisons écologiques. Le premier affirme vouloir "contribuer à la préservation des ressources naturelles" et le second se dit "soucieux du développement durable". Coop espère une réduction de 80% du nombre de sacs plastique utilisés.

Les deux géants de la distribution précisent aussi que les nouveaux sacs payants seront réalisés avec un matériau 100% recyclable issu de la transformation des déchets plastiques récupérés dans leurs centres de distribution.

Les bénéfices pour des projets écologiques

Chez Coop, on précise en outre que des sacs et cabas réutilisables continueront d'être proposés aux caisses des supermarchés, alors que Migros ajoute que les sacs distribués en caisse pour les textiles ou les jouets restent gratuits, de même que ceux qui sont disponibles au rayon fruits et légumes.

Finalement, les deux distributeurs assurent qu'ils ne gagneront pas d'argent avec les sacs payants, mais que les bénéfices tirés de leur vente seront réinvestis dans des projets environnementaux.

>> L'interview de Dominique de Buman (DC/FR):

Dominique de Buman.
Anthony Anex - Keystone
Le 12h30 - Publié le 22 septembre 2016

boi

Publié le 22 septembre 2016 - Modifié le 22 septembre 2016

Le Parlement ne veut pas interdire

Après le le National, le Conseil des Etats a décidé tacitement jeudi de classer une motion de Dominique de Buman (PDC/FR) exigeant une interdiction des sacs en plastique jetables.

Les élus partent du principe que l'accord de branche qui sera mis en place, d'ici 2018 au plus tard, par le commerce de détail permettra de réduire de 80% le nombre de sacs en plastique jetables.

Le Conseil fédéral estime que l'accord est une solution valable. Une interdiction des sacs en plastique n'est pour l'heure pas possible pour des raisons juridiques, mais une taxe serait en revanche applicable par voie d'ordonnance. (ats)