Modifié le 25 avril 2016

Franck Muller perd un procès au Japon contre les montres Frank Miura

La justice japonaise a estimé qu'il ne pouvait pas y avoir de confusion entre les montres Frank Miura et Franck Muller.
La justice japonaise a estimé qu'il ne pouvait pas y avoir de confusion entre les montres Frank Miura et Franck Muller. [DR]
Une haute cour japonaise a décidé d'autoriser la marque Frank Miura, qui parodie les montres de Franck Muller. Le groupe genevois va faire appel, a-t-il confié lundi à la RTS.

La décision en septembre dernier de l'Office des brevets d'invalider la marque de montres Frank Miura, enregistrée en 2012, a été annulée par la Haute cour de la propriété intellectuelle japonaise. Celle-ci a en effet estimé que la confusion était "inconcevable".

Miura, qui est un nom de famille très fréquent au Japon, se prononce "Mieula" en japonais. S'il peut y avoir une confusion au niveau sonore, "leur apparence est clairement différente", a estimé le juge Toshihiko Tsuruoka le 12 avril dernier.

En outre, la plupart des montres genevoises coûtent plus d'un million de yens, alors que celles de Frank Miura oscillent entre 4000 et 6000 yens (35-50 fr.).

"Parasitisme"

Si Franck Muller ne veut pas faire d'autres commentaires, le président de la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH) Jean-Daniel Pasche dénonce un "parasitisme".

La FH réfléchira à la réponse juridique qu'elle peut donner une fois qu'elle aura obtenu la traduction en anglais de la décision de la cour japonaise.

Caroline Briner

Publié le 25 avril 2016 - Modifié le 25 avril 2016