Modifié le 13 novembre 2015 à 12:46

Le marché du travail "a la capacité d'absorber" les réfugiés, selon l'OCDE

Un groupe de réfugiés escorté par la police turque, le 5 novembre 2015.
Le marché du travail européen pourrait absorber les flux de réfugiés selon l'OCDE Le 12h30 / 1 min. / le 13 novembre 2015
Le marché du travail en Europe "a la capacité d'absorber" les flux actuels de réfugiés, selon un rapport de l'OCDE publié avant le sommet du G20 dimanche à Antalya en Turquie.

Des incertitudes quant à l'évolution des arrivées persistent cependant, précise l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Depuis janvier, plus d'un million de personnes ont déposé des demandes d'asile et ce nombre devrait encore croître de manière significative. Mais l'impact des réfugiés sur le marché du travail de l'OCDE ne représenterait d'ici la fin de l'année prochaine qu'une hausse de 0,3 à 0,4% de la population active actuelle de ses Etats-membres, soit entre 700'000 et un million de personnes.

Effet limité

Les arrivées de réfugiés ont donc un effet progressif mais limité sur le marché européen du travail, relève l'OCDE.

Mais la concentration de réfugiés dans certains pays, leur surreprésentation dans quelques secteurs, le retour ou non des déboutés de l'asile et surtout la capacité des Etats à les faire entrer sur le marché du travail pourraient changer la donne.

Pour l'OCDE, une chose est claire: il faut poursuivre et même renforcer les actions prises pour faciliter l'intégration des réfugiés et celle de leurs enfants. En effet, une étude canadienne montre qu'après quatre ans 75 % des réfugiés pris en charge par l'Etat n'ont plus besoin de l'aide sociale.

lan

Publié le 13 novembre 2015 à 12:40 - Modifié le 13 novembre 2015 à 12:46