Modifié

Le président de la BNS ne craint pas une spirale négative des prix

Thomas Jordan (ici photographié au SIFF à Berne, en juin 2015) se dit confiant sur l'avenir des prix et des salaires en Suisse. [Lukas Lehmann - KEYSTONE]
Thomas Jordan (ici photographié au SIFF à Berne, en juin 2015) se dit confiant sur l'avenir des prix et des salaires en Suisse. [Lukas Lehmann - KEYSTONE]
Thomas Jordan a déclaré samedi à Lima qu'il jugeait modeste le risque de voir la Suisse plonger dans une spirale négative des prix et des salaires malgré le taux d'inflation nul qui prévaut.

Dans le cas où le franc suisse ne s'apprécie pas davantage et que les prix du pétrole ne diminuent pas davantage, la Suisse devrait revenir à un taux d'inflation nul début 2017, a indiqué le président de la Banque nationale suisse, samedi à Lima en marge de l'assemblée annuelle du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

Pour mémoire, la Suisse a enregistré en septembre dernier un taux d'inflation en rythme annuel de -1,4%, stable par rapport au mois précédent. Les prix à la consommation ont connu une hausse de 0,1% durant la période sous revue en glissement mensuel.

Franc toujours "surévalué"

Thomas Jordan a rappelé que l'institut d'émission monétaire était toujours disposé à intervenir sur la relation entre l'euro et le franc, malgré l'abandon du cours plancher de 1,20 franc qui a prévalu pendant plus de 3 ans.

Il a par ailleurs a répété que le franc était toujours "nettement surévalué". Une situation qui conduit l'économie suisse à affronter un contexte difficile, a-t-il reconnu.

ats/jvia

Publié Modifié