Modifié le 22 octobre 2014 à 09:28

Le PDG de Total est décédé dans le crash de son jet privé à Moscou

L avion prive du PDG de Total s est ecrase a Moscou
L'avion privé du PDG de Total s'est écrasé a Moscou L'actu en vidéo / 23 sec. / le 21 octobre 2014
Le PDG du groupe pétrolier français Total, Christophe de Margerie, est décédé lundi dans un accident à l'aéroport de Vnoukovo à Moscou. Son jet privé s'est écrasé après avoir percuté une déneigeuse.

Le patron de Total, Christophe de Margerie, a trouvé la mort lundi dans l'accident de son jet privé au décollage de l'aéroport Vnoukovo de Moscou, ont annoncé l'aéroport russe et le groupe pétrolier français.

Son appareil, un Falcon 50, s'est écrasé après avoir percuté une déneigeuse. L'aéroport a précisé que la visibilité était de 350 mètres au moment du crash.

"Tous les occupants de l'avion ont trouvé la mort, dont les trois membres d'équipage et Christophe de Margerie", a précisé le groupe dans un bref communiqué. L'entreprise avait auparavant confirmé le décès sur Twitter.

Enquête ouverte

Les enquêteurs russes ont accusé mardi la direction de l'aéroport de "négligence criminelle". Selon eux, le conducteur de la déneigeuse, qui a survécu à la collision, était ivre. Cette affirmation est cependant démentie par l'avocat du conducteur.

L'enquête a été confiée à un comité intergouvernemental d'aviation, qui examine tous les accidents aériens, et à l'agence fédérale d'aviation russe.

PDG depuis 2010

Reconnaissable à sa moustache, le PDG de Total était devenu directeur général en 2007 du groupe, puis PDG en 2010. Il était unanimement reconnu pour sa compétence et sa connaissance des métiers du pétrole.

Né le 6 août 1951, marié et père de trois enfants, diplômé de l'institut universitaire de technologie et de l'école supérieure de commerce de Paris, Christophe de Margerie était entré en 1974 chez Total, dont il avait par la suite gravi tous les échelons.

Investissements et restructurations

Sous son égide, Total avait accéléré ces dernières années ses investissements dans l'exploration, pour remplir des objectifs ambitieux de croissance de sa production de pétrole, tout en menant d'importantes cessions d'activités.

Parallèlement, le groupe n'avait pas hésité à restructurer ses activités en France, avec la fermeture de sa raffinerie de Dunkerque en 2010, puis la réorganisation de son site pétrochimique de Carling en Moselle annoncée l'an dernier.

agences/jgal

Publié le 21 octobre 2014 à 01:42 - Modifié le 22 octobre 2014 à 09:28

Hommages en France

Le tweet envoyé par l'Elysée:



Le Premier ministre français, Manuel Valls, a estimé que la France avait perdu "un dirigeant d'entreprise hors du commun" et "un grand capitaine d'industrie et un patriote".

Autres réactions politiques sur Twitter:









"pas une catastrophe" pour Total

Le décès de Christophe de Margerie n'est "pas une catastrophe" pour un groupe de la taille de Total, "très bien organisé", estime Francis Perrin, directeur du magazine Pétrole et gaz arabes.

Toutefois, "c'est évidemment un coup dur pour Total", note cet expert, interrogé par la RTS.

Selon Francise Perrin, la succession de Christophe de Margerie "sera très certainement interne" au groupe, "vu la tradition de Total".

L'action Total en hausse

Après avoir ouvert en baisse de plus de 1,5% mardi matin, le titre Total s'est repris par la suite et s'affichait en hausse de 2,11% vers 14h30.

Total est la deuxième plus grosse société du CAC 40, avec une capitalisation boursière de 102 milliards d'euros (123 milliards de francs).

Il s'agit du quatrième groupe pétrolier mondial derrière Exxon, Royal Dutch Shell et Chevron.