Modifié le 16 mai 2014 à 09:22

La croissance de la zone euro en deçà des attentes au premier trimestre

La croissance de la zone euro déçoit au premier trimestre 2014.
La croissance de la zone euro déçoit au premier trimestre 2014. [AP Photo/Michael Probst, File - ]
Les pays de la zone euro publient les chiffres de leur croissance au premier trimestre jeudi. Globalement, la croissance est en berne pour tous, sauf pour l'Allemagne dont le PIB a progressé de 0,8%.

La croissance est ressortie en-deçà des attentes au premier trimestre dans la zone euro. Le produit intérieur brut (PIB) a progressé de seulement 0,2%, a indiqué jeudi l'office européen des statistiques Eurostat, qui a également révisé à la baisse le chiffre du quatrième trimestre 2013, de 0,3% à 0,2%.

Les analystes tablaient sur une croissance de 0,4% sur la période de janvier à fin mars. Les données de plusieurs pays ont enterré cet espoir et mis en évidence le fait que l'activité a stagné en France, deuxième économie de la région.

Seule l'Allemagne en positif

Les PIB de l'Italie (-0,1%), du Portugal (-0,7%) et des Pays-Bas (-1,4%) sont repassés en territoire négatif en début d'année. Quant à la Finlande, elle est retombée en récession au premier trimestre, en enregistrant un deuxième trimestre consécutif de repli de son PIB (-0,4% comme au quatrième trimestre). Seule l'Allemagne s'en est sortie avec les honneurs (+0,8%) (lire encadré ci-contre).

agences/sbad

Publié le 15 mai 2014 à 09:46 - Modifié le 16 mai 2014 à 09:22

Demande intérieure positive en Allemagne

Le produit intérieur brut de l'Allemagne s'est apprécié de 0,8% au premier trimestre. Mais cette croissance repose exclusivement sur la demande intérieure, avec une hausse des dépenses publiques et de celles des ménages, et une progression des investissements.

Le commerce extérieur à l'inverse, qui a longtemps tiré la croissance allemande, a joué les freins. Un indicateur également négatif (-0,2%) pour la France.

Signaux au rouge pour la France

La croissance du PIB a été nulle, selon les chiffres de l'Insee, qui prévoyait une hausse de 0,1%. Moteur traditionnel de la croissance, la consommation des ménages a diminué (-0,5%) au premier trimestre.

De même, l'investissement des entreprises, sur lequel compte beaucoup le gouvernement, n'a pas résisté (-0,5%).

Evolution négative de l'industrie en Italie

Le produit intérieur brut (PIB) de l'Italie a baissé de 0,1% au premier trimestre 2014 par rapport au précédent. Ce recul s'explique, selon l'Istat, par une évolution négative du secteur de l'industrie, pénalisée en outre par un ralentissement des exportations, alors que le domaine des services a été stable et que l'agriculture a enregistré une forte croissance.