Modifié le 06 janvier 2014 à 18:45

Enregistrant 9 milliards de pertes, la BNS ne versera pas de dividendes

La BNS prévoit un bénéfice de six milliards en 2012.
La BNS avait terminé l'exercice 2012 avec un bénéfice de 6,9 milliards. [ - Gaetan Bally / Keystone]
La Banque nationale suisse (BNS) a terminé l'exercice 2013 sur une importante perte en raison de la dévalorisation de l'or. Elle ne versera donc pas de dividendes à la Confédération et aux cantons.

La Banque nationale suisse (BNS) ne versera pas le milliard de francs de dividendes attribué à la Confédération et aux cantons selon une convention. L'institut d'émission helvétique a terminé l'année 2013 sur une perte de 9 milliards de francs, s'expliquant par une moins-value de 15 milliards de francs sur l'or qu'elle détient, a-t-elle annoncé lundi dans un communiqué.

Le bénéfice d'environ 3 milliards de francs sur ses positions en monnaie étrangère et le gain de plus de 3 milliards de francs tiré de la vente du fonds de stabilisation Stabfund n'ont pas permis de contrebalancer cette perte.

Déficit supérieur à la réserve pour distributions

Après l'attribution de 3 milliards de francs à la provision pour réserves monétaires, le résultat annuel distribuable se monte à -12 milliards de francs. Ce déficit est nettement supérieur à la réserve pour distributions qui est de 5,3 milliards de francs, explique la BNS.

Par le biais d'une convention entre la BNS et le Département fédéral des finances (DFF) signée en 2011, les cantons et la Confédération se partagent un montant annuel de 1 milliard de francs, à condition que la réserve pour distribution soit positive.

En intégrant la perte de 2013, la réserve pour distributions affiche un montant négatif de 6,7 milliards de francs. Pour compter sur le retour aux dividendes l'année prochaine, il faudrait que la BNS réalise un bénéfice de 7,7 milliards de francs cette année.

ats/vtom

Publié le 06 janvier 2014 à 07:39 - Modifié le 06 janvier 2014 à 18:45

Cantons: manque à gagner de 667 millions

Une vingtaine de cantons n'ont pas anticipé la décision de la Banque nationale suisse (BNS) de ne pas leur verser de dividende au titre de l'exercice 2013.

Le manque à gagner est de 667 millions de francs, soit 0,8% des recettes totales des cantons. La part au bénéfice de la BNS représente entre 0,4 et 1,2% des budgets des cantons.

Pour le canton du Jura, cette décision entraînera un manque à gagner de 5,6 millions de francs, doublant le déficit du budget 2014 à plus de 10 millions.

A Genève, le résultat se détériore de 39 millions de francs, indique lundi le département genevois des finances.

Le canton de Berne tablait lui sur une manne fédérale de 82 millions de francs.

Quant au Valais, il perd 26 millions de francs avec la décision de la Banque nationale suisse.

Pour le conseiller d'Etat vaudois Pascal Broulis, il s'agit d'un "coup dur" pour la Suisse et les cantons. Le canton de Vaud devra se passer quelque 50 millions de francs.

Le canton de Fribourg subira un manque à gagner de 23,7 millions de francs Mais il évitera peut-être les chiffres rouges grâce à ses provisions constituées lors des bonnes années.

Enfin, à Neuchâtel, c'est 14,6 millions de francs qui vont manquer à l'appel.

Le budget de la Confédération dans le rouge

Du côté de la Confédération, celle-ci avait budgétisé 333 millions de francs de la part de la BNS. Sans cette contribution, un déficit de 212 millions devrait être déploré en 2014.

L'administration des finances estime toutefois que le frein à l'endettement peut être maintenu. Au regard des revenus totaux de 66 milliards, cet écart s'avère minime, estime l'administration fédéral des finances.

Des cantons alémaniques passeront dans le rouge

Certains cantons alémaniques annoncent qu'ils vont souffrir. C'est le cas notamment Zurich, dont le budget présentera un déficit de près de 54 millions de francs.

"Un gros problème" également pour le canton de Bâle-Campagne, a indiqué le chef de l'administration des finances. Le déficit va passer à plus de 63 millions. Soleure, Lucerne, et les Grisons sont également touchés à des degrés divers.

En revanche, à Bâle-Ville, la décision n'aura presque pas d'impact. Le budget 2014 table toujours sur un excédent de recettes de 2,2 millions de francs.