Modifié

La marque "Gruyère" est désormais protégée aux Etats-Unis

Polémique au pays du Gruyère. [Gaetan Bally]
Polémique au pays du Gruyère. [Gaetan Bally]
La marque "Le Gruyère Switzerland" ne pourra plus être utilisée abusivement aux Etats-Unis et en Afrique du Sud, a annoncé jeudi l'Office fédéral de l'agriculture.

La marque "Gruyère" sera désormais protégée aux Etats-Unis et en Afrique du Sud, ont annoncé jeudi l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) et l'Interprofession du Gruyère (IPG). Les deux instances se réjouissent de cette décision.

La marque "Le Gruyère Switzerland" a été enregistrée début septembre dans ces deux pays. Ce résultat constitue une percée pour une meilleure protection d'un produit à forte identité contre les imitations ou l'utilisation abusive de son nom, se félicite l'OFAG dans un communiqué. L'IPG salue pour sa part "une avancée importante pour la protection du nom Gruyère à travers le monde".

"Après la protection obtenue au sein de l'Union européenne (lire: Le gruyère français peut garder son nom à condition d'avoir des trous), l'enregistrement de ces deux marques confirme le caractère non-générique du nom Gruyère", ajoute-t-elle.

La protection restait en effet difficile sur l'important marché des Etats-Unis, qui ne reconnaît pas les Appellations d'origine protégée (AOP). L'IPG s'y heurtait à la résistance d'une association qui défend la libre utilisation des noms génériques.

ats/cab

Publié Modifié

Les Etats-Unis, un marché important

Le marché américain représente environ un quart des exportations de Gruyère.

L'IPG table sur des ventes d'un ordre de grandeur de 2500 tonnes pour cette année aux Etats-Unis - un marché en progression.

En Afrique du Sud, les ventes devraient atteindre environ 40 tonnes.

L'affaire Emmi autour du Gruyère américain

La bataille américaine avait aussi impliqué l'ex-conseiller fédéral Joseph Deiss.

Membre du conseil d'administration du groupe laitier lucernois Emmi, le Fribourgeois avait fâché les producteurs helvétiques en ne se distanciant pas du projet d'Emmi de construire une nouvelle fromagerie pour produire du gruyère grand-cru aux Etats-Unis.

Emmi était finalement revenu sur son projet.

Mais l'ancien président de la Confédération avait été exclu de la Confrérie du Gruyère, dont il était membre d'honneur. Il avait ensuite quitté le groupe laitier lucernois.