Publié

Les députés irlandais votent la liquidation de l'Anglo Irish Bank

Gorgée de prêts immobiliers risqués, Anglo Irish Bank affichait une perte de 17,65 milliards d'euros en 2010. [Peter Morrison - Keystone]
Gorgée de prêts immobiliers risqués, Anglo Irish Bank affichait une perte de 17,65 milliards d'euros en 2010. [Peter Morrison - Keystone]
Nationalisée en 2009 lors de la crise financière, l'Anglo Irish Bank disparaît complètement du paysage bancaire. Les députés irlandais ont voté dans la nuit de mercredi à jeudi sa dissolution.

Les députés irlandais ont voté dans la nuit de mercredi à jeudi la liquidation de l'Anglo Irish Bank par 113 voix contre 36. Elle avait été nationalisée en 2009 après son spectaculaire effondrement pendant la crise financière.

Les actifs de la banque vont être transférés à la NAMA, banque de défaisance créée par Dublin durant la crise financière pour délester les banques du pays de leurs actifs toxiques.

Le ministre des Finances Michael Noonan a été contraint de présenter un projet de loi au parlement en urgence mercredi soir, pour "assurer la stabilité" de la banque, officiellement rebaptisée Irish Bank Resolution Corporation (IRBC). "Dès que l'information concernant le projet de liquider IRBC a été rendu public, il y a eu un risque immédiat pour la banque", a expliqué M. Noonan aux députés.

Le démantèlement d'Anglo Irish Bank a toutefois besoin de l'aval de la Banque centrale européenne (BCE). Le gouverneur de la Banque centrale irlandaise, Patrick Honohan, participait à une réunion mercredi au siège de la BCE à Francfort, avant une réunion officielle jeudi.

Prêts immobiliers risqués

Gorgée de prêts immobiliers risqués, Anglo Irish Bank, qui affichait une perte de 17,65 milliards d'euros en 2010, s'était écroulée pendant la crise financière. L'Etat s'était alors engagé à garantir ses actifs pour lui éviter la faillite.

La banque a fusionné avec Irish Nationwide Building Society (INBS), aussi au coeur de la crise bancaire, et pris un nouveau nom, l'Irish Bank Resolution Corporation (IRBC), qui avait pour mission de liquider progressivement ses actifs sur une période d'environ dix ans. Cependant, l'établissement continue communément d'être désigné sous le nom d'Anglo Irish Bank.

L'Irlande avait dû demander fin 2010 une aide à l'Union européenne, à la BCE et au FMI. Ce plan de sauvetage prévoyait 85 milliards d'euros d'aides sur trois ans en échange de la mise en oeuvre de douloureuses mesures d'austérité. Plus de 30 milliards d'euros ont été prévus pour renflouer Anglo Irish Bank et INBS.

ats/rber

Publié