Modifié le 22 décembre 2012 à 14:30

La revente des cadeaux, une pratique "choquante" qui se généralise

Les cadeaux réservés aux enfants représentent 22% du budget "Noël" des Suisses.
Les cadeaux les plus revendus sont ceux de la famille éloignée. [Christopher Robbins - Image Source/AFP]
Besoin d'argent ou conscience écologique, de nombreuses personnes revendent leur cadeaux de Noël. Mais cette pratique, de plus en plus fréquente selon un sondage, n'en demeure pas moins "choquante" aux yeux de certains.

Revendre ses cadeaux de Noël est en pratique de plus en plus courante. Une personne sur deux (52%) admet avoir déjà remis en vente des cadeaux ou envisage de le faire, selon un sondage réalisé par OpinionWay en décembre en France.

Les femmes et les hommes sont quasiment à égalité dans cette pratique (respectivement 51 et 52% qui le font). Mais la revente reste majoritairement le fait de jeunes (63% le font chez les 18-24 ans, contre 38% chez les 60 ans et plus).

Cadeaux des conjoints épargnés

Les cadeaux susceptibles d'être les plus revendus sont ceux de la famille éloignée (56%), ceux des collègues (47%), des amis (33%) et des beaux-parents (29%). Ceux des proches, comme les enfants ou les conjoints, sont en général épargnés par cette pratique avec respectivement 5% et 4% de revente.

Le phénomène, qui a véritablement émergé il y a une dizaine d'années, "s'est renforcé avec la crise économique et avec l'importance de l'écologie et la notion de recyclage", explique Olivier Mathiot, co-fondateur d'un site de revente.

Plus de 100 francs en moyenne

Pourtant, c'est plutôt le côté "pragmatique" de la revente qui l'emporte. Ainsi 60% des Français la justifient par un cadeau reçu en double, 56% car ils ne leur plaisent pas et 41% car ils le jugent inutile. Seuls 36% déclarent préférer remettre leurs cadeaux sur le marché plutôt que de les jeter tandis que 35% évoquent un besoin d'argent pour expliquer leur démarche.

En moyenne, les Français espèrent en tirer près de 90 euros (108 francs), qui à 31% seront employés pour payer les factures de Noël, et à 45% pour se racheter un autre cadeau plus désirable.

ats/vkiss

Publié le 22 décembre 2012 à 09:27 - Modifié le 22 décembre 2012 à 14:30

Contraire à l'esprit de Noël

Près de la moitié de la population continue de rester réfractaires à cette pratique, qui demeure mal perçue. Ainsi, 48% des Français déclarent qu'ils ne revendront pas leurs cadeaux de Noël, jugeant cette pratique contraire à l'esprit de Noël. Parmi eux, 90% trouvent même cela "choquant".

Plus d'un Français sur trois en fait même une question de principe. "On ne se sépare pas de ses cadeaux de Noël, un point c'est tout", révèle un autre sondage réalisé par le site de petites annonces Vivastreet. Ainsi 31% des sondés estiment que revendre ses cadeaux de Noël est "gênant".

D'ailleurs, la pratique reste majoritairement tabou, car, parmi ceux qui revendent, 71% se gardent bien de le dire. Enfin, seuls 6% des Français en informe la personne qui le leur a offert, les hommes étant légèrement plus enclins à la franchise (8%) que les femmes (4%) en la matière.