Modifié

L'euro dopé par l'intervention de la Banque centrale européenne

La défense du taux plancher à 1,20 franc face à l'euro est au coeur du débat. [Laurent Gillieron / Keystone]
La défense du taux plancher à 1,20 franc face à l'euro est au coeur du débat. [Laurent Gillieron / Keystone]
La monnaie unique européenne rebondit suite aux nouvelles aides annoncées jeudi par la Banque centrale européenne pour les pays fortement endettés. L'euro a franchi jeudi le cap de 1,21 franc pour la première fois depuis le mois de mars.

L'euro a franchi vendredi matin le cap de 1,21 franc pour la première fois depuis la mi-mars. L'appréciation de la monnaie unique européenne fait suite à la décision de la Banque centrale européenne la veille de procéder à des achats de dettes de pays en difficulté financière de la zone euro.

Exactement un an après la fixation du taux plancher par la BNS, la BCE a sorti jeudi l'artillerie lourde face à ceux qui doutent de la viabilité de la zone euro et la monnaie unique, en annonçant un programme illimité de rachat de dette des pays les plus fragiles comme l'Espagne ou l'Italie. Lire aussi: Quel bilan un an après l'introduction du taux plancher du franc face à l'euro?

Vers 10h00, l'euro valait 1,2108 franc après un plus haut de la journée à 1,2138 franc peu auparavant. Le mouvement de léger affaiblissement du franc suisse a commencé en début de semaine à mesure que se renforçait le sentiment que la BCE procéderait à une annonce sur le rachat de dettes souveraines.

Depuis le début du printemps, la relation euro-franc ne décollait plus du cours plancher de 1,20 franc fixé il y a un an par la Banque nationale suisse (BNS) pour contrer la valorisation de la devise helvétique. L'automne dernier, la monnaie européenne avait grimpé à plus de 1,24 franc avant de retomber sur fond de crise de la dette dans la zone euro.

ats/cab

Publié Modifié

Optimisme des marchés

Au lendemain d'un fort rebond, les marchés financiers reprenaient leur souffle en Europe vendredi après un geste sans précédent de la Banque centrale européenne (BCE) qui s'est engagée à racheter sans limite la dette à court terme des Etats fragiles de la zone euro.

De Paris à New York, un vent d'optimisme a soufflé en effet sur les Bourses des deux rives de l'Atlantique, Wall Street finissant même à des plus hauts depuis fin 2007, tandis que les gains atteignaient entre 2% et près de 5% en Europe.

Vendredi, les investisseurs semblaient digérer les mesures annoncées. Vers 11h30, les Bourses européennes étaient stables mais restaient bien orientées.

Zurich gagnait 0,39%, Paris 1,20%, Londres 0,29%, Francfort 0,8%. La hausse était également nette à Madrid (+1,22%) et Milan (+2,38%), deux pays que l'intervention de la BCE devrait soulager.

Sur le marché de la dette, le taux d'emprunt à long terme de l'Espagne est passé sous le seuil des 6% vendredi matin, une première depuis fin mai. Le taux de référence à 10 ans de l'Espagne reculait à 5,724% et celui de l'Italie à 5,134%.