Modifié le 25 mai 2012 à 21:24

Une 2e société suisse soupçonnée de fraude fiscale au Portugal

Le Portugal connait le plus grand scandale d'évasion fiscale de son histoire
Le Portugal connaît le plus grand scandale d'évasion fiscale de son histoire 19h30 / 2 min. / le 25 mai 2012
L’enquête sur un vaste réseau de fraude fiscale et de blanchiment qui secoue le Portugal depuis une semaine a mené à une nouvelle arrestation lundi dernier. La personne en question est un banquier suisso-portugais travaillant pour une société de gestion basée à Genève.

Soupçonné d'aide à la fraude fiscale, le gestionnaire de fortune a été remis en liberté contre une caution de 300'000 euros, avec l'interdiction de quitter le territoire. Selon les médias portugais, cet ancien employé d'UBS représentait la société Arcofinance, basée à Genève. Contactée, Arcofinance a refusé de répondre aux questions de la RTS.


Une autre entreprise genevoise évoquée

En une semaine, c'est la seconde fois que la justice portugaise affirme démanteler un réseau de fraude fiscale. Le premier concerne également une entreprise genevoise, Akoya Asset Management. Ses trois dirigeants, dont deux Suisses, sont également d'anciens cadres d'UBS. (Lire: Un banquier suisse arrêté au Portugal pour fraude fiscale)


Les clients portugais d'Akoya auraient confié leur argent en liquide à la société, qui l'aurait transmis à un intermédiaire. Celui-ci l'aurait envoyé sur son propre compte au Cap-Vert, avant de le transférer en Suisse, sur les comptes ouverts par Akoya pour ses clients. De là, l'argent aurait été blanchi à Dubaï et Singapour.


Sur demande des clients, un virement dans le sens inverse leur aurait permis de récupérer leur argent, toujours en liquide. Contacté par la RTS, le Ministère public genevois confirme qu’une procédure a été ouverte concernant ces deux affaires.


Marc Allgöwer et Olivier Bonamici


Publié le 25 mai 2012 à 11:57 - Modifié le 25 mai 2012 à 21:24