Modifié

Facebook vise les 100 milliards de dollars pour son entrée en bourse

Facebook sera valorisé entre 93 milliards et 104 milliards de dollars. [Danny Moloshok  - Keystone]
Facebook sera valorisé entre 93 milliards et 104 milliards de dollars. [Danny Moloshok - Keystone]
Facebook a relevé mardi le prix de son introduction à la Bourse de New York, fixant une fourchette de 34 à 38 dollars par action. Ce qui valorise le premier réseau social sur internet au maximum à 104 milliards de dollars (plus de 97 milliards de francs).

La société fondée il y a huit ans par Mark Zuckerberg, qui doit être cotée vendredi sur le Nasdaq, visait auparavant un prix compris entre 28 et 35 dollars par action. Le relèvement du prix d'introduction en Bourse de Facebook, annoncé par le biais d'un document adressé à la SEC, l'autorité des marchés financiers, témoignerait d'une forte demande pour le site communautaire aux quelque 800 millions d'utilisateurs dans le monde.


La nouvelle fourchette de prix valoriserait Facebook entre 93 milliards et 104 milliards de dollars, une capitalisation boursière rivalisant avec celle d'Amazon.com et dépassant celles de Hewlett-Packard et Dell combinées. En se basant sur le milieu de la fourchette visée, soit 36 dollars par action, Facebook lèverait 12,1 milliards de dollars à l'occasion de son entrée en Bourse, du jamais vu dans l'histoire de la Silicon Valley.


Craintes sur la rentabilité de l'entreprise

Lors de son introduction en Bourse en 2004, Google avait levé un peu moins de 2 milliards de dollars. Selon une source proche de l'opération, Facebook va fermer son carnet d'ordres dès ce mardi, avec deux jours d'avance sur le calendrier prévu, son introduction en Bourse étant déjà "largement sursouscrite".


Facebook, qui sera coté sous le sigle "FB", espère vendre 337,4 millions d'actions, soit 12,3% de son capital. Certains investisseurs s'inquiètent cependant du fait que la société n'a toujours pas trouvé le moyen de monétiser le nombre croissant des utilisateurs qui se rendent sur le réseau via des supports mobiles tels que les smartphones.


agences/mre


Publié Modifié

General motors abandonne la publicité sur Facebook

Le constructeur automobile américain General Motors (GM) compte arrêter d'acheter des espaces publicitaires sur Facebook affirme le Wall Street Journal.

Les publicités achetées par GM sur Facebook ont eu "peu d'impact sur les consommateurs", ajoute le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier. En revanche, le numéro un mondial de l'automobile compte continuer à étendre ses efforts de marketing à travers ses pages Facebook.