Modifié

Les Suisses se ruent sur le bois de chauffage et les prix augmentent

Le bois de chauffage pourrait servir d'alternative au gaz. [APA/BARBARA GINDL - KEYSTONE]
Les incertitudes énergétiques poussent les gens à se tourner vers le bois / La Matinale / 1 min. / le 21 juillet 2022
En prévision de la pénurie énergétique qui est annoncée, les ménages suisses sont nombreux à se tourner vers le bois pour se chauffer cet hiver. Mais les stocks disponibles sont limités et les prix sont en nette augmentation.

Si la Suisse est en pleine canicule, la population suisse songe déjà à ses possibilités de chauffage l'hiver prochain avec les conséquences de la guerre en Ukraine et les menaces de pénurie d'électricité et de gaz. La demande en bois est en plein boom et les producteurs peinent à suivre le rythme. Les prix ont déjà augmenté de 10%.

Certains vendeurs ont livré plus d'une vingtaine de tonnes de bois de chauffage en un mois, du jamais vu en plein été. Plus de la moitié des commandes proviennent de nouveaux clients qui se chauffaient auparavant au gaz. Ceux-ci craignent désormais la pénurie et ont décidé de prendre les devants.

>> Lire aussi: Le gaz russe ne coule plus à flots. Quelles pourraient être les conséquences en Suisse?

"On vend du bois comme si on était au mois de décembre"

Interrogé jeudi dans La Matinale, Flavien Desbiolles, agriculteur à Meinier (GE), a dû demander à ses équipes de décaler leurs vacances pour répondre aux demandes, d'autant plus que les récoltes sont en cours. Et il ne livrera pas au mois d'août afin de reconstituer les stocks.

Pour la suite, c'est la grande interrogation: "Je ne pense pas que j'aurai du bois tout l'hiver, car on vend du bois comme si on était au mois de décembre. Je suis déjà en train de puiser dans les réserves de cet automne. Je vais avoir le souci de ne pas avoir la matière première à commercialiser." Et ce, d'autant plus que le bois de chauffage ne s'adapte pas facilement à la demande: il faut deux années de séchage et deux années d'anticipation sont donc nécessaires.

Les stocks ne suffiront sans doute pas à contenter tout le monde, prévient Hansruedi Roder, agriculteur genevois et vendeur de bois: "Le bois de cheminée se prépare deux ans en avance. Cela veut dire que celui qu’on va brûler cet automne a été abattu, façonné et mis à sécher il y a deux ans. Personne ne pouvait prédire qu’il y aurait une très forte augmentation de la demande. Si celle-ci continue à ce rythme-là et à ces volumes-là, il n’y aura pas assez de bois, c’est mathématique", explique-t-il.

>> L'interview de Hansruedi Roder dans la Matinale:

Le bois énergie, une ressource importante pour la Suisse. [RTS]RTS
Bois de chauffage: interview Hansruedi Roder, vendeur de bois à Genève / La Matinale / 43 sec. / le 21 juillet 2022

Appel aux subventions

Pour faire face à cette situation, le conseiller national Daniel Ruch, qui dirige une entreprise forestière, déposera prochainement une motion à Berne en vue d'inciter à la coupe dans les terrains difficiles.

L'élu libéral-radical vaudois précise qu'il existe une grande réserve de bois dans les talus et les forêts en pente. Mais "le rendement de la forêt ne couvre pas l'exploitation. C'est là que la Confédération ou les cantons devraient subventionner l'exploitation forestière."

Une source d'énergie pas utilisable partout

Se chauffer au bois est de fait plutôt une bonne idée, car c'est en effet une énergie renouvelable, tant que sa combustion est compensée par la repousse des forêts.

Mais cette source d’énergie n'est pas utilisable partout, souligne Damien Chiffelle, expert en énergie au Centre de recherches énergétiques et municipales, une association basée à Martigny (VS): "Il faut vraiment réfléchir à l'endroit où se trouve votre bâtiment, parce que si vous êtes en milieu urbain, il peut y avoir des soucis de pollution de l’air, puisque le bois émet plus de polluants que le gaz. Selon les zones, il y a une interdiction de mettre un chauffage au bois", note-t-il.

En attendant, les professionnels du secteur donnent un conseil: n'acheter que le bois qui va être vraiment consommé, pour éviter de faire comme avec le papier-toilette durant le confinement...

Anouk Pernet/Mohamed Musadak/ami/boi

Publié Modifié