Modifié

La Suisse recule au 13e rang sur l'écart hommes-femmes, selon le WEF

Les inégalités entre hommes et femmes ont encore avancé en raison de la pandémie. [Valentin Flauraud - Keystone]
Il faudra attendre 132 ans pour atteindre l'égalité hommes-femmes en Suisse, selon un rapport du WEF / La Matinale / 1 min. / le 13 juillet 2022
Selon un rapport publié mercredi à Genève, la Suisse se voit rétrogradée cette année au 13e rang dans l'indice du WEF sur l'écart entre les hommes et les femmes. Globalement, les efforts actuels dans le monde sont "trop lents" pour diminuer le décalage qui s'est étendu pendant la pandémie.

La Suisse perd trois rangs par rapport à 2021 dans l'évaluation du Forum économique mondial (WEF). C'est parce que la situation se détériore encore en ce qui concerne la participation professionnelle et les opportunités économiques, l'éducation ou encore l'émancipation politique.

Parmi les différents indicateurs, les questions de santé restent celles où le décalage est le plus important. La Suisse se trouve parmi les 20 premiers pour toutes les composantes de la participation politique, que ce soit au Parlement ou au gouvernement. Elle est 13e sur celle-ci.

Championne du taux d'alphabétisation

La Suisse est aussi toujours première sur le taux d'alphabétisation, l'accès à l'éducation supérieure ou le ratio à la naissance.

Plus largement, il faudra encore plus de 130 ans pour éliminer l'écart entre les hommes et les femmes dans le monde, selon le rapport. Les perturbations liées à la pandémie freinent les avancées. Parmi environ 150 pays, seuls 20% ont réussi à réduire le décalage d'au moins 1%.

L'Islande toujours en haut du podium

L'Islande reste le pays le plus égalitaire, le seul à avoir diminué de plus de 90% l'écart. Elle devance la Finlande et la Norvège.

En un an, la participation et les opportunités économiques ont augmenté de 1,6%. C'est surtout dû aux avancées des femmes dans des rôles professionnels et techniques et de la diminution de l'écart des revenus.

Et les inégalités entre hommes et femmes dans la population active ont encore avancé en raison de la pandémie. La parité parmi celle-ci s'établit à 62,9%, part la plus basse observée depuis le lancement de l'indice.

Léger mieux pour les postes de direction

L'accès des femmes aux postes de direction s'améliore tout de même, mais l'augmentation reste malgré tout petite. Cette situation n'est en revanche pas observée sur ceux liés aux technologies, à l'agriculture, à l'énergie, à l'approvisionnement, à la fabrication et aux infrastructures.

Parmi les autres composantes, celle de la santé a pu s'appuyer sur une petite amélioration. Au contraire de l'éducation qui recule, alors que le pouvoir politique stagne de son côté.

Le WEF a lancé une initiative pour tenter d'accompagner les gouvernements et les entreprises dans la diminution de l'écart sur toutes ces questions. Au total, ce dispositif est appliqué par 12 Etats.

ats/oang

Publié Modifié