Modifié

Les entreprises ne dérogent pas à la tradition de l'envoi de cartes de vœux

En ce début d'année, il n'y a pas que le Conseil fédéral qui continuer d'envoyer des cartes de vœux. De nombreuses PME continuent de privilégier ce moyen de communication pour souhaiter la bonne année, malgré l'ère du tout numérique. Mais l'attention exige du temps et un budget.  [GARAGE MARIANO  - RTS ]
Les entreprises ne dérogent pas à la tradition de l'envoi de cartes de vœux / La Matinale / 1 min. / le 4 janvier 2022
En ce début d'année, il n'y a pas que le Conseil fédéral qui envoie des cartes de vœux. De nombreuses PME continuent de privilégier ce moyen de communication pour souhaiter la bonne année, malgré l'ère du tout numérique. Mais l'attention exige du temps et un budget.

Spécialisée dans les équipement de bureau, la société genevoise Devillard envoie, par exemple, chaque année 8000 cartes de vœux.

Elles sont accompagnés d'un message personnalisé, écrit à la main, à l'attention de chaque client. Pour les commerciaux, ce sont des dizaines d'heures passées à la rédaction des bons vœux. Pour la PME, c'est une dépense entre 10'000 et 15'000 francs.

Passer au numérique a effleuré le directeur Claude Devillard, mais il s'est très vite ravisé. "Nous n'allons pas proposer un produit ou un service lors de cet envoi", explique-t-il, mardi dans La Matinale. "Par contre, c'est une campagne pour resserrer les liens et mettre en avant le côté humain dans la façon de traiter notre clientèle et de faire des affaires."

"Cela plaît énormément"

L'humain au centre, c'est aussi le message que veut délivrer le garage Mariano. Depuis huit ans, cette petite entreprise lausannoise adresse une carte pour la nouvelle année à ses 800 clients. La tâche implique tous les membres de la famille et démarre déjà après les vacances d'automne.L'une des cartes de vœux 2022 du garage Mariano à Lausanne.   [GARAGE MARIANO  - RTS ]L'une des cartes de vœux 2022 du garage Mariano à Lausanne. [GARAGE MARIANO - RTS ]

"Les enfants dessinent ou peignent la carte de vœux. Cela plaît énormément", reconnaît Antonia Mariano. "C'est aussi une façon de nous démarquer. A titre individuel, je préfère recevoir une carte de vœux qu'un mail impersonnel."

Le papier, c'est aussi un moyen de marquer physiquement sa présence auprès de sa clientèle, rappellent les PME interrogées. Une carte reste facilement quelques semaine sur un bureau, alors que le mail - aussi original soit-il - est le plus souvent effacé à la fin de la journée.

>> Voir aussi le reportage de TTC sur les calendriers qui ont toujours la cote:

La tradition des calendriers.Joliment anachroniques à l'ère digitale, ils ont toujours la cote. [RTS]
La tradition des calendriers.Joliment anachroniques à l'ère digitale, ils ont toujours la cote. / T.T.C. (Toutes taxes comprises) / 7 min. / le 20 décembre 2021

Céline Fontannaz/vajo

Publié Modifié