Modifié

L'Union syndicale suisse prépare une initiative pour financer l'AVS avec l'argent de la BNS

Une alliance de syndicats, de partis et de différentes organisations lance une initiative pour une 13ème rente AVS. Ici, Pierre-Yves Maillard, président de l'USS (photo d'illustration). [Marcel Bieri - Keystone]
L’Union syndicale suisse prépare une initiative pour financer l’AVS grâce à la BNS / Le 12h30 / 1 min. / le 19 décembre 2021
L'Union syndicale suisse (USS) prépare une initiative visant à faire financer l'AVS par la Banque nationale suisse (BNS), a déclaré son président Pierre-Yves Maillard. Le texte sera inspiré d'une motion déposée au Conseil national et soutenue tant par l'UDC que les Verts.

"La BNS doit redistribuer ses bénéfices. C'est un principe ancré dans la constitution", martèle le conseiller national socialiste vaudois dans un entretien diffusé par Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung.

Le texte sera inspiré d'une motion du conseiller national Alfred Heer (UDC/ZH) déposée lors des débats sur la réforme de l'assurance-vieillesse (AVS). Celle-ci a été rejetée par le Conseil des Etats, mais acceptée au National.

"Avec l'UDC et les Verts, nous avons fait la preuve en juin au Conseil national qu'il était légitime d'utiliser une part des bénéfices de la BNS pour l'AVS", estime Pierre-Yves Maillard. "Nous avons été bloqués au Conseil des États par le Centre et le PLR, qui ne représentent que 27% de la population. Ça ne va pas", s'insurge-t-il.

>> Lire également: Pierre-Yves Maillard: "Le moment est opportun pour exiger une hausse des salaires"

"Un complément bienvenu"

Le socialiste estime que cette initiative devrait rapporter "en moyenne durable de deux à quatre milliards de francs" par an à l'AVS, "qui viendraient s'ajouter aux quatre milliards versés aux cantons et aux deux milliards à la Confédération".

Il entend également utiliser les bénéfices que la BNS a engrangés sur les intérêts négatifs, soit plus de 10 milliards de francs, pour renflouer l'AVS.

Le Vaudois ne craint pas un financement non pérenne en raison des fluctuations des bénéfices de la banque centrale. "Les cantons reçoivent 4 milliards de la BNS quand tout va bien. On ne leur dit pas: 'Il vaut mieux que vous ne touchiez rien du tout parce que la distribution fluctue'", explique-t-il.

Par ailleurs, il rappelle que le financement de l'AVS ne reposera pas que sur l'apport de la BNS, "mais il représentera un complément bienvenu".

Les débats loin d'être clos

Selon Le Matin Dimanche, le comité directeur de l'USS doit peaufiner les derniers détails du texte en janvier. L'initiative sera lancée lors du congrès du 11 février 2022. Dans le SonntagsBlick, Alfred Heer dit également vouloir lancer une initiative sur le même sujet (voir encadré).

Les chambres fédérales ont adopté mercredi la réforme AVS21, qui combine un ensemble de mesures, dont la retraite des femmes à 65 ans. La gauche a d'ores et déjà annoncé un référendum.

ats/jop

Publié Modifié

"Pas de cause commune" entre l'USS et l'UDC

Le conseiller national UDC Alfred Heer, également président de la Fédération des contribuables alémanique, a insisté auprès de Keystone-ATS sur le fait qu'il s'agit de deux initiatives différentes. "Nous ne faisons pas cause commune."

Contrairement à l'initiative syndicale, la sienne ne vise qu'à prélever les bénéfices liés aux intérêts négatifs de la BNS. Ceux-ci, payés par les contribuables, doivent leur revenir via l'AVS, estime le Zurichois.

Selon lui, si on touche à la distribution aux cantons, le texte n'a aucune chance de passer devant le peuple. Sa version de l'initiative permettrait donc aux cantons de rester indépendants.