Publié

De plus en plus d'entreprises misent sur l'altruisme dans leur activité

A l'heure où les entreprises intégrent de plus en plus les critères sociaux et environnementaux dans leur activité, certaines font le pari d'aller plus loin encore en devenant des entreprises "altruistes".  [CHRISTIAN BEUTLER - KEYSTONE]
Un nombre croissant d'entreprises misent sur l'altruisme dans leurs activités / La Matinale / 1 min. / le 18 novembre 2021
A l'heure où les entreprises intègrent de plus en plus les critères sociaux et environnementaux dans leur activité, certaines font le pari d'aller encore plus loin en devenant des entreprises "altruistes".

Une entreprise "altruiste" donne sans condition et son objectif premier n'est pas le profit. Ce concept a été présenté la semaine dernière à un parterre d'entrepreneurs dans le cadre du Forum économique de Glion.

"Ce sont des entreprises qui se mettent au service inconditionnel des membres de leur écosystème: des clients, des fournisseurs. Elles le font à travers les activités de leur coeur de métier", décrit Isaac Gertz, coauteur du livre "L'entreprise altruiste" et conférencier au Forum économique de Glion, jeudi dans La Matinale.

Cette stratégie peut s'avérer très intéressante économiquement. "En étudiant plusieurs dizaines d'entreprises sur trois continents, nous avons découvert que ces entreprises se portent économiquement mieux que les entreprises qui ne recherchent que les profits", ajoute Isaac Gertz.

Des "liens humains"

Parmi ces entreprises, on trouve des banques, des sociétés pharmaceutiques ou encore une laiterie. Elles traitent leurs clients comme des amis. L'objectif est de faire vivre au client-ami une expérience tellement mémorable qu'à ses yeux il n'existera plus qu'une seule banque, un seul garagiste ou une seule pharmacie.

Le client en fera alors la promotion autour de lui. "La banque suédoise Handelsbanken, par exemple, n'a pas de centre d'appels. En plus, les clients ont les numéros de portable de leur conseiller. Les gens ont envie de liens humains réels."

Le contact humain et la personnalisation sont donc au centre, loin du modèle des services numériques et des centres d’appel développé par certaines entreprises pour réduire leurs coûts.

Sylvie Belzer/vajo

Publié