Modifié

L'accord de libre-échange avec l'Indonésie est entré en vigueur

L'accord avait été finalisé par Johann Schneider-Ammann en 2018, au nom de l'AELE. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Accord de libre-échange avec l'Indonésie: interview de Carmelo Lagana / La Matinale / 1 min. / le 2 novembre 2021
Accepté lors des votations de mars dernier, l'accord de libre-échange entre la Suisse et l'Indonésie est entré en vigueur lundi 1er novembre. Il va profiter à l'industrie d'exportation et particulièrement au secteur horloger.

L'accord commercial entre la Suisse et l'Indonésie avait reçu le feu vert à une courte majorité de 51% devant le peuple. Le texte avait été négocié par la Suisse au nom des Etats de l'Association européenne de libre-échange (AELE).

>> Lire: La Suisse et l'Indonésie s'entendent sur un accord de libre-échange

Toutes les industries exportatrices suisses vont en bénéficier, notamment les entreprises actives dans les secteurs de la pharma, de la chimie et des machines. Mais un segment en particulier va en profiter largement: celui des montres.

Une classe moyenne avide de montres suisses

"L'année passée, 8% des importations de montres allaient vers l'Indonésie", rappelle Carmelo Lagana, chef de projet à la faîtière Economiesuisse. Elles peuvent bénéficier désormais d'une suppression totale des droits de douane.

Et à l'horizon 2050, selon les projections, l'Indonésie sera la quatrième puissance économique mondiale, note ce spécialiste. "Il y a une classe moyenne qui recherche des produits de qualité. Il y a vraiment un potentiel très élevé pour notre industrie d'exportation qu'est l'industrie horlogère en particulier. C'est une bonne nouvelle pour les PME qui exportent en Asie", ajoute-t-il.

Conditions de durabilité imposées à l'huile de palme

Cet accord de libre-échange était présenté comme novateur, notamment et par exemple parce qu'il n'y aura de réduction des taxes douanières sur l'huile de palme que si elle a été produite dans des conditions de durabilité.

Pour les ONG, c'est déjà un progrès. Mais elles regrettent que ce principe de conditionnalité n'ait pas été repris systématiquement dans la négociation de futurs accords.

Pas de clause "soja" avec le Mercosur

"Nous avions demandé au gouvernement qu'il reprenne le même processus pour d'autres accords de libre-échange et nous savons déjà que ce n'est pas le cas", souligne Isolda Agozzi, responsable de la politique commerciale chez Alliance Sud.

"Par exemple, dans l'accord de libre-échange avec le Mercosur, il n'y a pas cette approche pour d'autres produits tout aussi sensibles du point de vue environnemental, comme le soja par exemple".

>> L'interview d'Isolda Agazzi dans La Matinale:

Isolda Agazzi, responsable de la politique commerciale chez Alliance Sud. [RTS]RTS
Accord de libre-échange avec l'Indonésie: interview d'Isolda Agazzi (Alliance Sud) / La Matinale / 1 min. / le 2 novembre 2021

Alliance Sud aurait souhaité que l'accord avec l'Indonésie serve de modèle systématique pour tous les accords à venir en ce qui concerne les produits sensibles du point de vue de l'impact sur l'environnement ou le climat.

oang avec Muriel Ballaman

Publié Modifié