Modifié

Swiss a déjà remboursé 50 millions à la Confédération, révèle son patron

Durant les 6 premiers mois de l’année, Swiss a essuyé des pertes record. On fait le bilan avec le nouveau patron Dieter Vranckx [RTS]
Durant les 6 premiers mois de l’année, Swiss a essuyé des pertes record. On fait le bilan avec le nouveau patron Dieter Vranckx / T.T.C. (Toutes taxes comprises) / 1 min. / le 23 août 2021
La compagnie Swiss a pu rembourser une partie du prêt octroyé par la Confédération pour faire face à la pandémie de Covid-19. Dans un entretien accordé à la RTS lundi, le directeur général Dieter Vranckx admet cependant que sortir de la crise prendra encore du temps.

L'amélioration de la situation sur le front du Covid cet été a permis à Swiss de faire rentrer de l'argent dans les caisses. "Pour les mois de mai et de juin, nous avons vu un effet positif", indique Dieter Vranckx dans l'émission T.T.C. (Toutes Taxes Comprises).

La filiale de Lufthansa a donc pu rembourser en partie la Confédération. Pour rappel, Berne avait accordé un prêt de 1,5 milliard de francs pour permettre à Swiss de survivre à la crise. Une ligne de crédit "flexible" avec un taux d'intérêt dont le montant n'a pas été révélé.

"Nous nous sommes fixé comme objectif de ne pas dépenser plus de la moitié du prêt, soit 750 millions de francs. Jusqu'à maintenant nous avons tenu cette promesse. En juin, nous avons eu l'opportunité de rembourser 50 millions", révèle Dieter Vranckx.

En pleine tempête

Un répit de courte durée, puisque Swiss s'attend à des mois compliqués. "Nous l'avons vu en juin: quand les affaires vont mieux, nous pouvons rembourser une partie du prêt. Mais l'hiver va arriver, novembre et décembre sont des mois très difficiles pour une compagnie aérienne. Nous devrons probablement reprendre l'argent de la Confédération", redoute le directeur belgo-suisse.

Nous devrons probablement reprendre l'argent de la Confédération

Dieter Vranckx est le directeur général de Swiss depuis le 1er janvier 2021. [Gaetan Bally - Keystone]
Dieter Vranckx, directeur général de Swiss

Celui-ci est bien placé pour savoir que la pandémie de Covid-19 a plongé le secteur aérien dans la plus grave crise de son histoire. Avant l'arrivée du virus, Swiss affichait un bénéfice de 578 millions de francs pour l'année 2019. En 2020, en revanche, la chute a été brutale avec 654 millions de pertes. Et le cauchemar n'est pas fini: lors du premier semestre 2021, Swiss a perdu 398 millions.

La compagnie à la croix blanche a dû réduire fortement la voilure. Quelque 550 licenciements ont été annoncés et 1700 postes seront supprimés d'ici la fin de l'année. La flotte sera quant à elle réduite de 15%.

Objectifs écologiques

Dieter Vranckx a donc fixé un cap: Swiss va devenir plus petite. "Nous attendons une baisse de la demande de 20% à moyen terme. Il faut adapter notre capacité, mais il ne s'agit pas seulement de devenir plus petit. Nous avons aussi un programme de transformation qui a pour but d'augmenter la flexibilité et d'améliorer notre empreinte écologique", signale le patron de 48 ans.

Malgré la pandémie, Swiss n'a pas changé ses objectifs en matière d'écologie. "Nous voulons réduire nos émissions de CO2 de 50% pour 2030. Mais il est clair que devenir plus vert coûte beaucoup d'argent. Nous devons d'abord faire du profit avant de pouvoir investir à nouveau dans ce domaine", prévient Dieter Vranckx.

Selon ses prévisions Swiss devrait retrouver les chiffres noirs à partir de 2023, après un exercice que la compagnie espère "équilibré" en 2022.

Propos recueillis par Patrick Fischer

Adaptation web: Guillaume Martinez

Publié Modifié

Le vol Genève - New York devrait reprendre prochainement

Alors qu'au plus fort de la crise Swiss a été contrainte de réduire son exploitation au strict minimum à l'aéroport de Genève, Dieter Vranckx se veut rassurant. "Nous tenons à Genève. Nous y avons investi des millions de francs entre 2015 et 2020 et nous allons continuer", assure-t-il.

Selon lui, Cointrin et Kloten doivent continuer à fonctionner ensemble. "Nous avons un système de point à point à Genève et un hub mondial à Zurich. Ce sont des éléments différents, mais pour nous la Romandie fait partie de la Suisse", insiste Dieter Vranckx.

Et qu'en est-il de la ligne Genève - New York, suspendue depuis le mois de mars 2020? "Nous attendons le bon moment pour la rétablir. Les Etats-Unis sont toujours fermés pour les voyages à partir de l'Europe. Nous évaluons la situation chaque semaine. Il n'y a pas encore de décision, mais ce vol devrait reprendre au quatrième trimestre de cette année ou au premier trimestre de l'année prochaine."