Modifié

Il y a actuellement un risque de surchauffe immobilière, avertit UBS

L'achat immobilier fait figure d'investissement sûr, pour qui en a les moyens. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Il y a un risque de surchauffe immobilière en Suisse, avertit UBS / Le Journal horaire / 23 sec. / le 10 août 2021
Les prix de l'immobilier ont à nouveau augmenté au deuxième trimestre, aussi bien pour les maisons individuelles que pour les appartements. Le risque de surchauffe guette, selon l'indice de bulle immobilière d'UBS publié mardi.

Entre avril et juin, les prix ont progressé de 1,5% par rapport au trimestre précédent. Sur un an, la hausse atteint 5,4%, portée à la fois par le renchérissement des maisons individuelles (+6,3%) et des appartements (+4,5%).

Les acheteurs prêts à débourser plus

Toute une série de facteurs soutiennent actuellement le marché immobilier suisse, notent les analystes d'UBS. L'achat immobilier fait figure d'investissement sûr, en raison de son coût moindre par rapport à la location. Dans la mesure où les prix sont attendus en progression et que la hausse des marchés actions augmente la fortune, les acheteurs sont également prêts à débourser plus pour accéder à la propriété.

Les résidences secondaires et l'immobilier de luxe ont également profité de la croissance, avec une hausse de 7% des prix dans les zones touristiques. Sur ces marchés, la demande étrangère a été au rendez-vous, grâce à des mesures de confinement moins strictes que dans d'autres pays et une probabilité moindre de hausse d'impôts, expliquent les auteurs du rapport.

Même tendance dans toutes les régions

Toutes les régions ont vu le coût de l'accès à la propriété augmenter au deuxième trimestre. Avec une hausse de 9%, l'est de la Suisse est la zone qui a enregistré la plus forte hausse, suivi par l'Arc lémanique et la Suisse centrale (chacun +7%). L'ouest et le nord-ouest du pays (+4%) ont également soutenu la croissance, largement au-dessus de celle enregistré au cours des vingt dernières années.

Le télétravail favorise aussi les régions jusqu'ici boudées par les pendulaires, notamment la vallée du Rhin de Coire et le lac de Constance, où les prix sont portés par une demande en hausse.

Progression attendue de 5% sur l'année

Sur l'ensemble de l'année, les prix de l'immobilier devraient augmenter de 5%. Dès 2022, la dynamique devrait ralentir, la question de la capacité financière revenant au premier plan. Aucune correction des prix ne se dessine toutefois à l'horizon, dans la mesure où les taux hypothécaires devraient rester très bas.

ats/oang

Publié Modifié