Modifié

Les deux producteurs de vaccins ARN réalisent des ventes record

La vente de vaccins à Arn Messager est un succès commercial pour Pfizer et Moderna [RTS]
La vente de vaccins à Arn Messager est un succès commercial pour Pfizer et Moderna / 12h45 / 2 min. / le 29 juillet 2021
Plus les mois passent, plus les compteurs de ventes s'affolent pour Pfizer et son vaccin à ARN messager contre le Covid-19. Et l'autre fabricant de ce nouveau type de sérums, Moderna, n'est pas en reste.

Pfizer prévoit d'écouler cette année pour 33,5 milliards de dollars (30,36 milliards de francs) de vaccins contre le Covid-19 développés en partenariat avec l'allemand BioNTech.

C'est bien plus que les 26 milliards de dollars (23,6 milliards de francs) sur lesquels le groupe avait dit tabler en mai et encore plus que les 15 milliards de dollars (13,6 milliards de francs) estimés en février.

Record absolu pour un seul médicament

Et la marge du fabricant américain étant de 20%, le bénéfice peut être évalué à près de 7 milliards de dollars (6,35 milliards de francs) - un record absolu pour un seul médicament.

L'autre producteur de vaccin ARN, Moderna, n'est pas en reste avec un montant de ventes estimé à 20 milliards de dollars (18,17 milliards de francs).

Les deux pharmas produisant des vaccins ARN engrangent des sommes faramineuses. [Dado Ruvic - Reuters]Les deux pharmas produisant des vaccins ARN engrangent des sommes faramineuses. [Dado Ruvic - Reuters]

A titre de comparaison, le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson, qui a lui aussi développé un vaccin contre le coronavirus, anticipe 2,5 milliards de dollars (2,27 milliards de francs) de revenus issus de son sérum contre le virus cette année. Et le laboratoire AstraZeneca a annoncé jeudi que les ventes de son vaccin avaient atteint 1,17 milliard de dollars (1,06 milliard de francs) au cours du premier semestre.

Mais Johnson & Johnson, tout comme AstraZeneca, se sont engagés à vendre leur vaccin à prix coûtant le temps de la pandémie.

Une marge "qui n'est pas exagérée"

Le succès colossal des deux pharmas américaines produisant les vaccins ARN n'est pas près de s'arrêter, tant cette technologie innovante est prometteuse. "On n'a jamais vu un médicament qui rapporte autant sur le marché", a confirmé le médecin et analyste Michael Nawrath jeudi dans le 12h45 de la RTS.

"Pour des vaccins, la marge est entre 20% à 30% et ce n'est pas exagéré", a-t-il estimé en rappelant que la marge est de 50% pour les médicaments contre le cancer.

Politiques opposées face à Covax

Aujourd'hui, seuls Pfizer et Moderna produisent des vaccins ARN. Mais les deux pharmas affichent des politiques diamétralement opposées vis-à-vis du programme Covax de l'ONU pour la livraison de vaccins anti-Covid aux pays les plus défavorisés.

Moderna livre 31% de sa production à Covax, AstraZeneca (vaccin traditionnel) 22% et Pfizer 1% seulement.

Des vaccins pour les pays riches

Autre constat tiré des chiffres: Les pays riches monopolisent les vaccins ARN. Cette situation est dénoncée par les professionnels de la santé, qui estiment que seule une vaccination universelle sera efficace contre le Covid.

Les ONG, elles, dénoncent une injustice que tout le monde peut constater. "Les vaccins ARN n'arrivent quasiment pas dans les pays pauvres, alors qu'il faudrait utiliser tous les moyens pour combattre la pandémie", a réagi Elisabeth Massute, porte-parole Médecins sans Frontières (MSF).

Pfizer a cependant annoncé qu'une bonne partie de sa production ira bientôt vers ces pays en manque cruel de sérums pour leurs populations. Les vaccins ARN, déjà les plus lucratifs, pourraient donc aussi devenir les plus répandus.

>> Inégalité d'accès aux vaccins entre pays riches et pauvres: interview de Michel Kazatchkine, membre du Panel indépendant d'évaluation de la réponse mondiale au Covid mis sur pied par l'Assemblée mondiale de la santé:

Le vaccin AstraZeneca. [Jaap Arriens - AFP]Jaap Arriens - AFP
Inégalité d'accès aux vaccins contre le Covid entre pays riches et pauvres: interview de Michel Kazatchkine / Tout un monde / 12 min. / le 25 mars 2021

SRF/Nicolas Rossé/oang

Publié Modifié