Modifié

Peu de différence entre les fonds de placement durables et classiques

Des panneaux solaires (image d'illustration). [Christian Beutler - Keystone]
Peu de différence entre les fonds de placement durables et classiques / La Matinale / 1 min. / le 22 juin 2021
Les fonds de placement dits "durables" ne le sont pas plus que les autres, selon une étude commandée par Greenpeace auprès d'Inrate, une agence de notation suisse indépendante qui évalue les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance des entreprises.

Cette étude passe au crible 51 fonds de placements en Suisse et au Luxembourg. Le résultat est implacable: il n'y a pas de différence significative entre un fonds durable et un fonds classique.

"Ils sont à peine plus durables que les autres et ne permettent pas de réallouer les capitaux vers une économie qui soit compatible avec les objectifs climatiques de l'accord de Paris", déplore mardi dans La Matinale Mathias Schlegel, porte-parole de Greenpeace.

"Il faut une intervention des autorités politiques de manière à créer des critères minimaux pour qu'un fonds de placement puisse porter le titre de durable", poursuit Mathias Schlegel.

Des approches multiples

Pour Angela de Wolff, fondatrice de Conser, une agence qui vérifie les critères de ces fonds, il ne s'agit pas de greenwashing, comme le dénonce Greenpeace, mais elle pointe du doigt un manque d'uniformité des critères.

"Pour les investisseurs aujourd'hui, il est difficile de comprendre ce que le gestionnaire entend par 'durabilité'. Et comme les approches sont multiples, on peut aller des meilleurs de la classe par secteur - et dans ce sens-là retrouver des société comme Nestlé, Novartis ou Roche, parce que dans le secteur ils sont reconnus comme les meilleurs - ou alors on peut adopter des approches beaucoup plus engagées, et on va retrouver des petites entreprises, axées sur le solaire ou les technologies vertes."

Angela de Wolff continue: "On manque aujourd'hui de transparence, de points de repère pour évaluer la qualité d'un fonds durable." La demande a en effet dopé l'offre. Il existe à ce jour un bon millier de fonds durables sur le marché suisse.

Sylvie Belzer/asch

Publié Modifié