Modifié

Pourquoi l'Usam nage à contre-courant face à l'accord-cadre avec l'UE

Les responsables de l'Usam ont défendu leur position face à la presse, lundi 17.05.2021. [Les responsables de l'Usam ont défendu leur position face à la presse, lundi 17.05.2021. - Keystone]
Pourquoi l'Usam nage à contre-courant face à l'accord-cadre avec l'UE / La Matinale / 1 min. / le 18 mai 2021
A contre-courant des autres grandes organisations économiques, l'Usam estime que l'accord-cadre avec l'UE menace la compétitivité de la Suisse. Pour la faîtière des PME, il y a des perspectives à l’international même en cas d’échec du projet.

Avec celle d'une autre organisation défendant spécifiquement les PME, Swissmechanic (machines industrielles), l'opposition de l'Union suisse des arts et métiers (Usam) à l'accord-cadre entre la Suisse et l'Union européenne peut étonner.

Car de l'autre côté, Economiesuisse et Swissmem comptent parmi ses plus chauds partisans. Les faîtières le jugent nécessaire pour sécuriser l'accès au grand marché européen.

Un coût jugé trop élevé pour les PME

En comparaison avec les grandes entreprises présentes partout, les PME ont a priori plus besoin des facilités à l'export offertes par les accords bilatéraux. Mais si l'Usam accepte le risque de les saborder, c'est parce qu'elle estime que l'accord-cadre coûterait trop cher aux petites et moyennes entreprises.

"Un élément qui pèse très lourd est l'extension du droit européen à de nouveaux domaines", a expliqué le directeur adjoint de l'organisation mardi dans La Matinale de la RTS.

"Cela signifierait que la densité réglementaire augmenterait encore en Suisse", a poursuivi Henrique Schneider. "Le coût de la réglementation représente 10% du produit intérieur brut en Suisse. En Europe, il se situe entre 15 et 20%. Il y a beaucoup de craintes que cela nous retombe dessus, sachant que les PME paient proportionnellement plus que les grandes entreprises".

>> Ecouter aussi l'interview du président de l'Usam Fabio Regazzi:

Le conseiller national Fabio Regazzi (PDC/TI). [Gaetan Bally - Keystone]Gaetan Bally - Keystone
Interview du président de l'USAM Fabio Regazzi sur l'accord-cadre / La Matinale / 53 sec. / le 18 mai 2021

Le "marketing" de l'Usam

Ces craintes diffuses renvoient à la perception même de l'Union européenne dans une partie de l'économie suisse. L'UE est perçue comme une machine à réglementer, alignée sur les intérêts des grands pays. Pour sa part, la grande faîtière industrielle Swissmem accuse l'Usam de faire du marketing. Elle assure que les PME ont besoin elles aussi de l'accord-cadre, qu'elles soient exportatrices ou - comme souvent - dépendantes d'autres entreprises exportatrices en Suisse.

Guillaume Meyer/oang

Publié Modifié