Modifié

Le dioxyde de titane (E171) sera interdit dans l'alimentation en Suisse

Le dioxyde de titane sera bientôt interdit en Suisse [RTS]
Le dioxyde de titane sera bientôt interdit en Suisse / 19h30 / 2 min. / le 11 mai 2021
La Suisse prévoit l'interdiction du dioxyde de titane dans l'alimentation, a appris la RTS. Cette substance connue aussi comme le colorant E171 est présente dans de nombreuses confiseries, dans des chewing-gums et des chocolats.

Cette décision fait suite à un rapport de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), qui ne peut désormais plus exclure sa dangerosité en tant qu'additif alimentaire.

La Suisse n'a pas attendu que la Commission européenne interdise cette substance potentiellement dangereuse pour prendre les devants. Carole Meylan, collaboratrice scientifique à l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), a annoncé mardi à la RTS que "l'OSAV prévoyait d'interdire l'utilisation de ce E171 comme additif alimentaire et modifiera l'ordonnance en conséquence".

Le E171, d'abord utilisé dans l'industrie cosmétique et des médicaments pour ses propriétés blanchissantes et opacifiantes, est également présente dans de nombreux produits alimentaires, comme des confiseries, pâtisseries ou plats cuisinés.

La Suisse a été rapide à décider son interdiction, moins d'une semaine après le communiqué de l'Autorité européenne. Mais il faudra encore patienter pour le voir disparaître totalement des étiquettes d'emballages sur les étales alimentaires, prévient Carole Meylan: "Beaucoup de travaux doivent être effectués et des procédures doivent être suivies. Il est clair que cela ne peut pas être fait du jour au lendemain. Mais rien n'empêche l'industrie alimentaire de prendre déjà des mesures si elle le souhaite".

Coop et Migros révisent leurs propres recettes

Interrogée, la Migros assure que "les recettes sont en train d'être révisées dans la mesure du possible depuis longtemps, afin de répondre au souhait de nos clients de pouvoir acheter des produits sans dioxyde de titane". Le géant orange précise que ses chewing-gums Skai, produits par Chocolat Frey, sont déjà fabriqués sans E171, tout comme les lapins de Pâques 2021, produits par la même marque. "Jowa et Midor travaillent également déjà sur des alternatives à E171", ajoute Migros.

De son côté, la Coop dit avoir décidé au début de l'année de ne plus utiliser l'additif E171 dans ses produits alimentaires de marque propre à l'avenir. "Certains articles ont déjà été convertis en recette sans E171 ou sont en cours de conversion. Par exemple, le chewing-gum Prix Garantie Spearmint et Prix Garantie Fairtrade Choco Peanuts ne contiennent plus de E171."

Quant à Nestlé, ce géant de l'alimentaire affirme avoir déjà mis en oeuvre des solutions alternatives pour supprimer la présence de l'additif: "Nos produits vendus en Suisse ne contiennent pas de E171", souligne une porte-parole.

>> Les précisions de l'émission On en Parle:

Certains chewing-gums contiennent du dioxyde de titane. [Dan Race - Fotolia]Dan Race - Fotolia
Le dioxyde de titane (E171) sera interdit dans l'alimentation en Suisse / On en parle / 6 min. / le 28 mai 2021

"Possiblement à l'origine de cancer"

Dénoncée depuis des années par les associations de défense des consommateurs, les autorités sanitaires européennes et suisses disaient ne pas avoir de preuves scientifiques suffisantes sur la dangerosité de cet additif. Mais le dernier rapport de l'agence européenne EFSA, qui compile toutes les données scientifiques, change de paradigme et conclut ne plus pouvoir "exclure les problèmes de génotoxicité après la consommation de particules de dioxyde de titane".

Ce sont les nanoparticules inhérentes au dioxyde de titane qui inquiètent particulièrement les scientifiques: "Dans certaines études animales, la présence de ces micro-particules a été associée à l'apparition d'anomalies de chromosomes et des anomalies de la reproduction cellulaires. Elles pourraient faire apparaître des mutations, que l'on craint comme étant possiblement à l'origine de cancer", explique Thierry Buclin, chef du Service de pharmacologie du CHUV.

La Belgique a d'ailleurs classé le dioxyde de titane comme "un cancérigène possible (catégorie 2B)" et la France a interdit ce produit dans l'alimentation dès 2020. Un principe de précaution que salue Thierry Buclin: "Ces colorants ont très peu d'utilité réelle et nutritionnelle. Il est légitime de refuser le moindre risque."

>> La réaction de la secrétaire générale de la Fédération romande des consommateurs et conseillère nationale (Les Verts/VD) Sophie Michaud Gigon dans le 19h30:

Sophie Michaud Gigon: "C'est une victoire, mais il a fallu attendre plusieurs années." [RTS]
Sophie Michaud Gigon: "C'est une victoire, mais il a fallu attendre plusieurs années." / 19h30 / 2 min. / le 11 mai 2021

Feriel Mestiri et Micaela Mumenthaler

Publié Modifié