Publié

Derrière l'accord de libre-échange avec l'Indonésie, un débat de société plus vaste

Willy Cretegny, fondateur du parti politique Nouveau Radical, clame depuis plieurs années sa volonté de retour au protectionnisme. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Derrière l'accord de libre-échange avec l'Indonésie, un débat de société plus vaste / La Matinale / 1 min. / le 8 février 2021
Échange régulé ou laisser-faire? Deux philosophie du commerce s'affrontent alors que dans un mois, le 7 mars, les Suisses voteront sur l'accord de libre-échange avec l'Indonésie.

Le libre-échange, c'est le principe qui annule, ou abaisse au maximum, toute taxe douanière ou entrave au commerce international. Et les référendaires ne s'en cachent pas: c'est bien ce principe de libre-échange et son modèle de société qu'ils souhaitent remettre en question.

Car la conséquence est que les prix baissent et que les biens et services perdent de leur valeur, explique le vigneron et chef d'entreprise genevois Willy Cretegny, à l'origine du référendum contre l'accord de libre-échange (ALE) avec l'Indonésie, lundi dans La Matinale.

>> Lire: Les opposants à l'accord de libre-échange avec l'Indonésie lancent leur campagne

"Aujourd'hui, on est envahi de biens de consommation à des prix extrêmement bas", déplore-t-il. "Vous pouvez acheter une perceuse pour 30-35 francs. Et le jour où elle est en panne, vous la jetez, parce que le prix de la réparation en Suisse est beaucoup plus élevé que l'achat d'une nouvelle. On est devenu la société du jetable!"

Choisir ses priorités

Mais ce système a pourtant amené sa richesse à notre pays, estime Carmelo Laganà, responsable de projets en "économie extérieure" chez EconomieSuisse. "Exporter, ça permet de garantir des places de travail dans notre pays, donc nous devons permettre à nos entreprises de le faire dans les meilleures conditions qui soient", expose-t-il.

La votation du 7 mars permettra donc au peuple de se prononcer sur le choix de ses priorités, entre l'écologie, la valeur des biens et les places de travail en Suisse.

>> Lire aussi: L'accord de libre-échange avec l'Indonésie soumis au peuple le 7 mars

Muriel Ballaman/jop

Publié