Publié

Apprécié de l'industrie de la mode, le polyester est un "désastre écologique"

Le nylon ou le polyester des sous-vêtements serait-il mauvais pour la santé? [Nik_Merkulov - Fotolia]
Selon plusieurs ONG, l'utilisation de fibres synthétiques dans l'industrie textile entraîne un "désastre écologique" / La Matinale / 1 min. / le 4 février 2021
L'utilisation dans la mode de cette fibre textile dérivée du pétrole a doublé au cours des vingt dernières années, selon un rapport publié mardi par plusieurs ONG européennes, qui dénoncent un "désastre écologique".

C'est principalement la "fast fashion", cette mode qui renouvelle très vite ses collections bon marché, qui figure dans le collimateur de ces ONG. Cette tendance accentue la dépendance du secteur vis-à-vis des fibres synthétiques à bas prix, de plus en plus utilisées dans l'industrie.

Et d'après le rapport publié mardi, la production annuelle de polyester pollue autant que 180 centrales à charbon. Selon Muriel Papin, de l'association No plastic in my sea et collaboratrice du rapport, ce n'est pas seulement le prélèvement des ressources pour fabriquer des vêtements qui pollue, mais "toutes les étapes".

"Ces pollutions (...) arrivent aussi au moment où on porte et on utilise les vêtements. À chaque fois qu'on lave un vêtement en synthétique, donc en plastique, ce sont des centaines de milliers, voire des millions de microfibres plastiques qui partent au lavage et qui se retrouvent dans l'environnement, l'air, l'eau, les sols et aussi dans notre organisme." L'enjeu est donc aussi sanitaire, dit-elle.

Pas de matériau parfait

Pour Mélanie Schmutz, scientifique de l'environnement pour le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux (Empa), chaque matériau a ses avantages et ses inconvénients. "Le polyester a une empreinte carbone assez élevée du fait qu'il est d'origine fossile. Le coton, lui, a aussi une empreinte carbone qui est assez élevée: pour sa production, on a besoin de beaucoup de pesticides et de fertilisateurs qui sont aussi d'origine fossile", illustre-t-elle. En outre, la production de coton nécessite énormément d'eau.

Si le principal problème vient de la production, les deux spécialistes interrogées estiment que les consommateurs ont un rôle à jouer: notamment en portant longtemps leurs vêtements et en achetant des habits de qualité, qui durent plus longtemps. Dans le but, à terme, de faire baisser le volume de la production de textiles.

>> Lire aussi: "La mode à bas prix est un mécanisme de drogue. Et les dealers se portent très bien."

Pauline Rappaz/jop

Publié