Publié

Nestlé va investir plusieurs milliards pour réduire son empreinte carbone

Le groupe veveysan veut reverdir son image.  [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Nestlé va investir plusieurs milliards pour réduire son empreinte carbone / Le Journal horaire / 10 sec. / le 3 décembre 2020
Le géant de l'alimentation Nestlé a dévoilé jeudi un programme de réduction de son empreinte carbone, auquel il compte consacrer 3,2 milliards de francs. Le groupe souhaite réduire ses émissions de moitié d'ici 2030 et parvenir à zéro émission nette d'ici 2050.

Dans un communiqué publié jeudi, au lendemain de vives critiques de Greenpeace à ce sujet, Nestlé a détaillé une série de mesures pour réduire son empreinte carbone. Il compte analyser ses activités et mettre en place une feuille de route en se focalisant sur trois mesures principales.

>> Lire aussi: Nestlé n'améliore pas sa gestion du plastique, selon Greenpeace

La multinationale basée à Vevey va ainsi investir 1,2 milliard de francs dans l'agriculture régénératrice, afin "de s'approvisionner à hauteur de plus de 14 millions de tonnes d'ingrédients issus de l'agriculture régénératrice d'ici 2030".

Vaste programme de reforestation

Nestlé prévoit aussi de planter 20 millions d'arbres chaque année pendant les dix prochaines années, dans le cadre d'un programme de reforestation.

Elle entend encore achever sa transition vers une utilisation à 100% d'électricité renouvelable d'ici 2025 sur ses 800 sites répartis dans les 187 pays où elle est implantée.

Un "impératif" pour les activités

La lutte contre le changement climatique est "un impératif pour la réussite à long terme de nos activités", assure le directeur général de Nestlé Mark Schneider. "Nous menons nos activités dans presque tous les pays du monde et nous avons la taille, l'échelle et l'envergure nécessaires pour faire la différence".

La multinationale veveysanne a émis 113 millions de tonnes (équivalent CO2) en 2018, d'après son communiqué. C'est plus du double des émissions totales de la Suisse la même année, selon les chiffres de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV).

agences/oang

Publié