Publié

La pandémie de coronavirus continue de rogner les ailes de Swiss

Un avion de la compagnie "Swiss" en révision à l'aéroport de Zurich. [Christian Beutler - Keystone]
La compagnie aérienne Swiss termine l'année avec un déficit de plus de 414 millions de francs / Le 12h30 / 1 min. / le 5 novembre 2020
La compagnie aérienne Swiss, lourdement affectée par la pandémie de coronavirus, a creusé ses pertes sur les neuf premiers mois de l'année et s'attend à finir l'exercice dans le rouge. Face au plongeon des recettes et du nombre de passagers, la filiale de Lufthansa va réduire ses coûts.

Entre janvier et fin septembre, le transporteur national a subi une chute du chiffre d'affaires de 61,8% à 1,54 milliard de francs, a-t-il annoncé jeudi dans un communiqué.

"Pour la première fois depuis 15 ans, Swiss s'apprête ainsi à clôturer son exercice sur un résultat négatif", a déploré la compagnie aérienne, dont le patron Thomas Klühr va abandonner les commandes en fin d'année. Son successeur doit être désigné prochainement.

Fort recul du nombre de passagers

Face à la crise engendrée par le Covid-19 et les restrictions de voyages décrétées au niveau mondial, le nombre de passagers transportés s'est effondré de 69,8% à 4,3 millions de voyageurs.

La perte d'exploitation, qui atteignait déjà 266,4 millions de francs au premier semestre, s'est creusée à 414,7 millions sur les neuf premiers mois de l'année. A titre de comparaison, Swiss avait dégagé sur la même période l'année dernière un bénéfice opérationnel de 489,6 millions.

Pour pallier à cette situation, l'entreprise basée à Kloten près de l'aéroport zurichois a lancé un vaste programme de restructuration. Les projets d'investissements non urgents ont été gelés, ainsi que les embauches.

Swiss a également introduit des modèles de temps partiel assortis d'une baisse de salaire ainsi que des départs en retraite anticipée. Avec les départs naturels, ces mesures vont se traduire par la suppression d'environ 1000 postes sur deux ans. D'autres mesures, non précisées, sont à l'étude.

Anciens Airbus rangés sur le tarmac

Le transporteur helvétique a par ailleurs temporairement retiré du service 28 Airbus A320 d'ancienne génération pour ne garder que des avions plus performants et moins gourmands en kérosène comme les A220 et les A320 neo.

Le programme d'hiver de la compagnie aérienne sera encore raboté et la direction s'attend d'ici la fin de l'année à creuser davantage ses pertes. Avec la deuxième vague de Covid-19, la demande continue de baisser au quatrième trimestre.

ats/cab

Publié

Crédit de la Confédération pas épuisé

Fin octobre, la compagnie aérienne avait indiqué encore disposer à la fin de l'année de plus de 1 milliard de francs issus du crédit d'urgence accordé par la Confédération. Au printemps, le Parlement avait donné son feu vert à un crédit coronavirus de 1,5 milliard.

L'emprunt est cautionné à hauteur de 85% par la Confédération. La totalité du capital-actions de Swiss a été apportée en garantie.

Lufthansa en mauvaise posture

La maison-mère Lufthansa, sauvée de la faillite par l'Etat allemand, ne va guère mieux que Swiss.

Le groupe a enregistré au seul troisième trimestre une perte nette de 2 milliards d'euros (2,1 milliards de francs).