Modifié

Airbus étudie trois concepts d'appareils volant à l'hydrogène

Une image de synthèse montre les trois prototypes d'avion à hydrogène d'Airbus. [Airbus/AFP]
Airbus dévoile des concepts d'avion propulsé à l'hydrogène / La Matinale / 1 min. / le 22 septembre 2020
Airbus a dévoilé lundi trois concepts d'appareils utilisant l'hydrogène comme carburant, un axe stratégique prioritaire pour les années qui viennent selon le constructeur. Airbus veut commercialiser les premiers avions en 2035.

Parmi ces projets, un avion pouvant transporter 120 à 200 passagers dans un rayon de 3500 kilomètres. Mais, alors que le secteur est assommé par la crise actuelle, cette annonce est surtout un message politique.

Le grand patron d'Airbus Guillaume Faury le sait: le Covid met à mal toute l'industrie, mais la question climatique reste centrale. D'ailleurs lorsque la France a débloqué 15 milliards pour venir en aide au secteur aérien, elle a posé des conditions pour réduire l'emprunte carbone.

Techniquement, le pari de l'hydrogène semble réaliste. Mais financièrement, Airbus souffre. L'avionneur a annoncé vouloir supprimer 15'000 postes. Tout seul, impossible de mener ce projet à bien.

Un appel lancé par Airbus

Ce plan hydrogène est donc un appel. Appel lancé aux partenaires d'Airbus pour qu'ils s'alignent et débloquent les budgets nécessaires. Et un appel lancé aux autorités politiques pour ne pas mettre de bâtons dans les roues, par exemple en instaurant de nouvelles taxes.

Le moment choisi n'a également rien d'étonnant. La Commission européenne a en effet dévoilé début juillet son plan pour développer la production d'hydrogène sur le continent.

>> Les explications d'Hubert Girault, professeur d'électrochimie à l'EPFL, dans La Matinale:

Romain Bardet/ebz

Publié Modifié

Trois concepts et un carburant propre

L'avionneur planche sur trois concepts d'appareils, tous propulsés à l'hydrogène et désignés sous le nom de code "ZEROe" pour "zéro émission".

Le moteur à hydrogène n'émet pas de pollution puisqu'il ne produit que de la vapeur d'eau. Cela suppose en revanche que l'hydrogène soit elle-même "propre", c'est-à-dire produite par électrolyse de l'eau en utilisant une électricité issue de sources renouvelables ou à tout le moins faiblement carbonées.

Un avion classique, un peu allongé

Le premier concept est un turboréacteur à l'apparence classique mais un peu allongée. De 120 à 200 passagers, soit l'équivalent d'un A220 ou d'un A320 et d'une autonomie de plus de 3500 kilomètres, il serait alimenté par une turbine à gaz fonctionnant à l'hydrogène, stocké dans des réservoirs situés dans la partie arrière du fuselage.

Avion régional et aile volante

Le second concept est un avion régional turbopropulseur (à hélices) pouvant embarquer jusqu'à 100 passagers sur 1800 kilomètres.

Le troisième concept est une aile volante d'une capacité et autonomie semblable au concept de turboréacteur.

"Le fuselage exceptionnellement large offre de multiples possibilités pour le stockage et la distribution d'hydrogène, ainsi que pour l'aménagement de la cabine", explique Airbus, qui planche sur un concept d'aile volante, le Maveric, depuis 2017.