Modifié

Le confinement a retenu en Suisse plus de 2 milliards de francs d'achats

Les rayons d'un supermarché suisse. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
En raison de la fermeture des frontières, 2,1 milliards n'ont pas été dépensés à l'étranger pendant le confinement / Le Journal horaire / 35 sec. / le 3 août 2020
Plus de 2 milliards de francs d'achats à l'étranger n'ont pas pu être effectués en raison de la fermeture des frontières décidée par le Conseil fédéral pour lutter contre la propagation de la pandémie de Covid-19, selon une estimation publiée lundi par le Credit Suisse.

Entre mi-mars et mi-juin, les mesures extraordinaires prises par la Confédération ont obligé les résidents suisses à renoncer au tourisme d'achat au cours de 13 semaines de semi-confinement, ce qui a profité aux commerçants helvètes, relève la grande banque dans une étude. ¨

En 2019, les Suisses avaient acheté pour 8 milliards de francs de marchandises directement dans les magasins physiques dans les pays frontaliers, selon les données des économistes de Credit Suisse, qui ont additionné les dépenses en liquide, par carte de débit et par carte de crédit.

Les régions rurales grandes gagnantes

Sur la base de cette évaluation, ils considèrent qu'environ 2,1 milliards de francs n'ont pas été dépensés à l'étranger entre la mi-mars et la mi-juin 2020, alors que les frontières suisses étaient fermées. A l'inverse, les supermarchés suisses qui sont restés ouverts au cours de la période ont particulièrement tiré profit du confinement, enregistrant une progression de 20% des ventes en moyenne en mars, avril et mai.

Dans certaines régions, surtout rurales, les dépenses pour les denrées alimentaires ont bondi, parfois même de plus de 45%. Dans les villes, les hausses ont été moins spectaculaires, inférieures à 30%. Ceci s'explique par le fait que les pendulaires étaient encouragés à travailler depuis chez eux et par une large offre de vente de nourriture à emporter, qui a concurrencé les supermarchés.

>> Lire aussi: La crise due au coronavirus donne de nouveaux débouchés pour l'agro-alimentaire

Non-alimentaire à la peine

La situation du commerce non-alimentaire a été nettement moins rose, avec une chute des ventes estimée à 20% dès le mois de mars, puis de 40% en avril. La levée des mesures de confinement le 11 mai a permis de voir les ventes progresser à nouveau, de 20% en mai, puis de 15% en juin.

Dans l'ensemble, Credit Suisse estime malgré la parenthèse du Covid-19 que le tourisme d'achat a progressé au cours des huit dernières années. La différence de prix pour un même panier d'achat a évalué en défaveur des détaillants suisses, expliquent les auteurs du rapport. Les prochains mois démontreront avec quelle vigueur le tourisme d'achat reprend dans le contexte de l'après-pandémie.

ats/vic

Publié Modifié