Modifié

Plus d'un milliard de passagers du ciel en moins prévus d'ici septembre

Une passagère dans un aéroport désert à Santiago au Chili, le 20 avril 2020. [Esteban Felix - AP/Keystone]
Une passagère dans un aéroport désert à Santiago au Chili, le 20 avril 2020. [Esteban Felix - AP/Keystone]
La pandémie de coronavirus pourrait réduire de 1,2 milliard le nombre de passagers dans le ciel d'ici septembre, comparé à une année traditionnelle, a déclaré mercredi l'Organisation de l'aviation civile internationale.

"Le nombre total de passagers aériens internationaux pourrait diminuer de 1,2 milliard d'ici à septembre 2020", a indiqué l'institution onusienne dans un communiqué.

"La réduction la plus importante du nombre de passagers devrait se situer en Europe, surtout pendant la saison haute en été, suivie par l'Asie-Pacifique", a-t-elle précisé.

Baisse massive des revenus

La capacité des compagnies aériennes pourrait également être fortement réduite, ce qui entraînerait une baisse des revenus de ces compagnies de 160 à 253 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de l'année.

En février, lorsque la pandémie semblait encore se concentrer en Chine, l'Organisation avait estimé que l'épidémie du nouveau coronavirus avait projeté une "réduction potentielle de 4 à 5 milliards de dollars" de revenus pour les compagnies aériennes du monde.

>> Lire aussi: La compagnie Swiss table sur seulement 20% de ses vols cet été

afp/kkub

Publié Modifié

Ryanair refuse de voler avec les sièges du milieu vides

Ryanair ne reprendra pas ses vols si elle doit garder les sièges de milieu de rangée vides pour maintenir la distance sociale, a affirmé dans un entretien au Financial Times le patron de la compagnie low cost irlandaise Michael O'Leary, coutumier des déclarations tonitruantes.

Il dit avoir prévenu le gouvernement irlandais que s'il prévoit d'instaurer de telles règles, "soit il paie pour le siège du milieu, soit on ne volera pas", car "on ne peut pas gagner d'argent avec un taux de remplissage de 66%". Pour lui, laisser inoccupés les sièges médians "est une idée idiote qui ne mène à rien de toute façon", car elle ne garantit pas une distance suffisante.

Deuxième plus grande compagnie à bas coût du monde derrière l'américaine Southwest Airlines et devant EasyJet, Ryanair voit 99% de ses avions être immobilisés en raison de la crise du Covid-19. Elle avait averti début avril que ses bénéfices seraient dans le bas de ses attentes pour son exercice annuel achevé fin mars, qui n'intègre que le début des perturbations liées au coronavirus. Sa rivale EasyJet, elle, avait évoqué la semaine dernière la possibilité de laisser les sièges médians vides dans une phase initiale de reprise des vols.

ats/vic