Publié le 25 mars 2020 à 17:31

FMI et Banque mondiale appellent à geler le remboursement de la dette des pays pauvres

La directrice du FMI et le président de la Banque mondiale, le 4 mars 2020.
La directrice du FMI et le président de la Banque mondiale, le 4 mars 2020. [EPA/Erik S.Lesser - Keystone]
Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale ont demandé de concert mercredi aux créanciers bilatéraux des pays les plus pauvres "de geler les remboursements de dettes" afin que ces pays puissent dégager de l'argent pour combattre la pandémie de nouveau coronavirus.

Ce répit permettra d'analyser la situation et les besoins de chaque pays, ont précisé les deux institutions dans une lettre commune.

Elles ont également demandé au G20 de les charger de cette tâche d'évaluation pour faire la liste des pays dont le fardeau de la dette est insoutenable et pour travailler à une restructuration.

Pays de l'AID concernés

"La Banque mondiale et le FMI sont convaincus qu'il est impératif de soulager les pays en développement et d'envoyer un signal fort aux marchés financiers", poursuivent les deux institutions.

Les pays concernés par l'appel de la Banque et du Fonds sont ceux qui sont éligibles aux critères de l'Association internationale de développement (AID). L'AID fournit de l'aide sous forme de prêts à taux zéro ou à très faible taux d'intérêt aux 76 pays les plus pauvres du monde. Elle accorde aussi de l'aide sous forme de dons.

agences/lan

Publié le 25 mars 2020 à 17:31

Le Parlement allemand adopte un plan de 1100 milliards d'euros

Les députés allemands ont voté mercredi des mesures globales d'un montant proche de 1100 milliards d'euros destinées à permettre à l'Allemagne, la première économie européenne, de faire face aux conséquences de la pandémie causée par le nouveau coronavirus.

Les membres du Bundestag, la chambre basse du Parlement, dispersés dans l'hémicycle, ont notamment approuvé de nouveaux emprunts à hauteur de 156 milliards d'euros pour soutenir entreprises, salariés et système de santé, ainsi que des centaines de milliards de garanties pour les prêts bancaires aux entreprises.

Cet ensemble de mesures sans précédent va désormais être soumis à la chambre haute, le Bundesrat, qui représente les Länder, les Etats régionaux.

Son vote ne fait guère de doute, les dirigeants des Länder ayant tous exprimé leur soutien au plan du gouvernement de la chancelière Angela Merkel.