Modifié

Swatch Group accuse le coup face à la pandémie mais ne licenciera pas

Le patron de Swatch Group Nick Hayek (ici, en mars 2018). [Anthony Anex - Keystone]
Swatch Group accuse le coup face à la pandémie mais ne licenciera pas / La Matinale / 1 min. / le 20 mars 2020
En léger recul de 1,8%, le chiffre d'affaires de Swatch Group s'est élevé à 8,24 milliards de francs pour un bénéfice net de 748 millions en 2019. La situation se complique cette année avec la pandémie, mais son patron Nick Hayek assure qu'il n'y aura pas de licenciements.

C'est en visioconférence, devant une assemblée de 99 nounours à vocation caritative, que Swatch Group a présenté et détaillé jeudi ses résultats 2019 à la presse.

>> Lire aussi: Touché par la crise à Hong Kong, Swatch voit son bénéfice reculer

Mais sans surprise, c'est l'impact du Covid-19 qui a nourri la session des questions-réponses. Il y en avait une quinzaine, envoyées par mail (une par journaliste) et auxquelles, fidèle à lui-même, Nick Hayek a répondu avec flegme, un peu d'humour et pas mal de relativisme.

Redémarrage des activités en Chine

"Cette crise est difficile mais elle est temporaire", a martelé le patron de Swatch Group. Elle ne date que de deux mois et - citant l'exemple de la Chine, son plus grand marché où les activités ont redémarré - il s'est voulu rassurant.

Concernant l'impact du Covid-19, Swatch Group a confirmé avoir réduit ses capacités de production et de vente en Suisse. Si aucun site n'a pour l'instant été totalement bouclé, plusieurs chaînes de production ont été redimensionnées, d'autres arrêtées et le temps de travail des collaborateurs a été réduit.

Pas de licenciements

Cela concerne 42% des effectifs en Suisse jeudi au moment de la conférence de presse, un pourcentage qui pourrait cependant s'élever à 60% voire 70% d'ici quelques jours. Citant l'adage paternel "peu de dette et beaucoup de cash", Nick Hayek l'a promis: "il n'y aura pas de licenciements".

Didier Pradervand/oang

Publié Modifié