Modifié le 09 mars 2020 à 09:37

L'Allemagne prend des mesures pour soutenir l'économie face à l'épidémie

Le siège de la Chancellerie fédérale à Berlin.
L'Allemagne prend des mesures pour soutenir l'économie face au coronavirus Le Journal horaire / 1 min. / le 09 mars 2020
Le gouvernement allemand a annoncé lundi matin un paquet de mesures visant à soutenir son économie face à l'incidence du coronavirus. Ce dernier fait craindre une récession dans la première puissance européenne.

Le gouvernement a aussi appelé à interdire dans les prochaines semaines tous les rassemblements de plus d'un millier de personnes dans le pays, où l'inquiétude grandit de jour en jour face à l'épidémie.

Les principales mesures économiques concernent le recours facilité pour les entreprises en difficulté au chômage partiel de leurs salariés, l'octroi de prêts en cas de difficultés de trésorerie et le blocage d'une enveloppe supplémentaire de 12,8 milliards d'euros (13,5 milliards de francs) sur quatre ans pour des investissements d'infrastructure.

Ces décisions ont été prises à l'issue d'une réunion de plusieurs heures débutée dimanche soir des partis de la coalition gouvernementale de la chancelière Angela Merkel, conservateurs et sociaux-démocrates.

"Nous n'allons pas vous laisser tomber"

Concernant le chômage partiel, les entreprises voulant profiter du financement par l'Etat doivent d'ordinaire prouver qu'au moins un tiers de leurs salariés sont concernés par un problème temporaire affectant la production. Dans le cas du coronavirus, ce quorum va être abaissé à 10%.

L'Allemagne y avait massivement eu recours lors de la crise financière de 2008, ce qui avait permis au bout du compte de préserver de nombreux emplois. "Nous n'allons pas vous laisser tomber, nous allons vous aider à surmonter cette période difficile", a promis le ministre de l'Economie Peter Altmaier.

Population âgée

Concernant l'enveloppe d'investissements supplémentaire, elle est prévue sur la période 2021-2024 pour les secteurs des transports, de la construction de logements et du secteur numérique notamment. Le gouvernement a aussi annoncé des mesures d'assouplissement fiscal, comme des règles d'amortissement plus favorables.

Le nombre de cas de contamination au coronavirus s'approche en Allemagne de la barre du millier. Après l'Italie et la France, elle est le pays européen le plus touché. L'Allemagne a l'une des populations les plus âgées d'Europe. Mais pour le moment, elle ne déplore pas de décès dans le pays lié au coronavirus.

ats/gma

>> Le coronavirus et son impact sur l'économie: nos explications:

 

Publié le 09 mars 2020 à 07:03 - Modifié le 09 mars 2020 à 09:37

Les Bourses asiatiques dégringolent

Si la Chine semble sortir de l'ornière avec seulement 22 décès en 24 heures - portant le total à 3119 morts en raison du coronavirus depuis décembre - et un nombre quotidien de contaminations (40) au plus bas depuis le début du décompte en janvier, les autres pays voient le nombre de morts et de cas bondir sur leur territoire.

Ils multiplient par conséquent les mesures pour tenter d'endiguer la maladie Covid-19 qui a atteint plus de 109'000 personnes et tué 3792 personnes dans une centaine de pays.

Les Bourses asiatiques ont chuté lundi à l'ouverture: à Tokyo, l'indice vedette Nikkei a sombré de 4,6% et le Topix de 4,24% en début de séance avant de creuser davantage leurs pertes à -6,15% et -6,07% respectivement à la pause de midi (04h00 en Suisse).

A Hong Kong, l'indice Hang Seng a plongé de 3,87% dans les premiers échanges. En Chine continentale, l'indice composite de la Bourse de Shanghai a reculé de 1,56% et celui de la Bourse de Shenzhen a perdu 1,66%.