Modifié le 28 juin 2010 à 10:30

Le très secret fondateur d'Ikea se confie

Lambiel, Poste, allocations et Swissmetal
Ingvar Kamprad, fondateur d'Ikea [DR]
Rarissime: le très discret Ingvar Kamprad, fondateur d'Ikea, a accordé une de ses rares interviews télévisées, à l'émission Pardonnez-Moi. La quatrième fortune du monde s'explique notamment sur sa réputation de radin.

Le fondateur d'Ikea avait fait un don d'un million de francs
l'Ecole cantonale d'art de Lausanne (ECAL) en début de semaine.
L'occasion de faire également une sortie médiatique. A l'heure où
ses interventions auprès des médias se comptent sur les doigts de
la main, le Suédois s'est pourtant livré à Darius Rochebin.

«Je n'ai pas peur de mes 80 ans, dit-il. J'ai beaucoup de choses
à faire. Je n'ai pas le temps de mourir. Mais je peux vous
promettre que je ne prendrai pas un sou avec moi dans la tombe.»
estime Ingvar Kamprad, le père d'Ikea, qui a élu domicile à
Epalinges, dans le canton de Vaud en Suisse.





Evoquant la fortune de 14 ou 15 milliards qui lui est attribuée,
il déclare: «Tout ce qu'on a gagné, on en a besoin comme réserve.
Il faut encore développer le groupe Ikea. On a besoin de beaucoup
de milliards de francs suisses pour prendre par exemple la Chine ou
la Russie. On a besoin de tout, et encore plus!»

Réputation de pingrerie

Le fondateur d'Ikea confirme sa réputation de pingrerie. «On dit
que je suis radin. Dites-le. Mais je suis très fier de suivre les
règles de notre compagnie.» Ingvar Kamprad roule dans une vieille
voiture de marque Volvo : «Elle est comme neuve, elle a seulement
15 ans, ou quelque chose comme ça.»





Il confirme faire ses course lui-même, acheter les produits à prix
cassés, voyager en classe économique et demander à tous ces
collaborateurs de toujours utiliser le papier recto et verso:
«Pourquoi pas? Il y a un seul bon leadership, c'est de donner le
bon exemple. Je dois le faire pour tous les collaborateurs
d'Ikea.»

Parti de rien

Lui-même parti de rien, issu d'une région pauvre de Suède, le
Smaland, qu'il compare à l'Ecosse, Ingvar Kamprad raconte à quel
moment il s'est découvert la bosse du commerce. «J'ai acheté des
semences pour le jardin. J'ai fait une grande réussite avec ça. Je
rendais visite à toutes les maisons de mon village. Après cette
année j'ai pu m'acheter ma première bicyclette.»





A la question de savoir s'il entend rester en Suisse, il déclare :
«Je suis ici depuis presque trente ans. Les premières années en
disant «chez moi» je pensais à la Suède. Maintenant, «chez moi»,
c'est la Suisse, le canton de Vaud et Epalinges.»





Pardonnez-moi est diffusé dimanche à 11h.





tsrinfo

Publié le 13 juin 2007 à 11:45 - Modifié le 28 juin 2010 à 10:30

Quelques chiffres

Le fondateur du géant suédois de l'ameublement Ikea, reste l'homme le plus riche de la Confédération avec une fortune de 21 milliards de francs suisses (14 milliards d'euros), selon le classement des 300 personnes les plus riches établi par le magazine Bilan.

Le chiffre d'affaire d'Ikea s'élève à 23 milliards de francs suisses (6 milliards en 1994), avec 90'000 employés et plus de 300 magasins à travers le monde, dont six en Suisse.