Modifié

L'idée d'un fonds de compensation face au coronavirus germe au Parlement

La salle du Conseil national, en décembre 2019, lors de la première session de la nouvelle législature. [Peter Schneider - Keystone]
Coronavirus: faut-il créer un fonds d'indemnisation pour les personnes et les entreprises? / La Matinale / 1 min. / le 5 mars 2020
La création d'un fonds d'indemnisation pour les entreprises et les personnes empêchées de travailler par l'épidémie de coronavirus se discute sous la Coupole fédérale. Des parlementaires de gauche et de droite lancent les démarches.

Cette caisse viendrait s'ajouter au chômage partiel, alors même que le gouvernement avait exclu toute aide financière étatique.

On pense forcément à l'annulation du Salon de l'auto, mais de nombreuses entreprises pourraient ne pas survivre aux mesures d'interdictions prises par le Conseil fédéral. Autre exemple, les salariés qui pourraient devoir rester chez eux pour s'occuper de parents malades.

>> Lire aussi: Chassot Concept licencie tout son personnel en raison du coronavirus

Intervention rapide jugée nécessaire

Pour le président du Parti socialiste Christian Levrat, il faut intervenir rapidement, car "les pertes pour le domaine de l'événementiel, mais surtout pour les salariés et leurs entreprises, risquent d'être énormes si la situation devait empirer".  "On doit apporter une réponse convaincante" de manière à limiter les dommages, estime le Fribourgeois.

Afin d'estimer les besoins de ce fonds d'urgence, la conseillère aux Etats Johanna Gapany va de son côté déposer jeudi une interpellation. "La première étape est d'obtenir les informations pour savoir quelle est la mesure qui sera le plus adapté à la situation", indique la libérale-radicale, qui n'exclut pas une indemnisation.

L'objectif est d'arriver d'ici deux semaines à un accord, car l'argent devra arriver rapidement chez les entreprises et les personnes dans le besoin.

Des millions de francs de pertes

Car Expo Event, association qui représente le secteur événementiel en Suisse, parle même d'un scénario catastrophe. Selon ses estimations, l'interdiction de rassemblement de plus de 1000 personnes a coûté jusqu'à maintenant 150 millions de francs. Elle appelle à une aide urgente.

Par ailleurs, une réunion de crise organisée par Guy Parmelin réunit vendredi cantons,  acteurs de l'économie et partenaires sociaux. Le conseiller fédéral en charge de l'Economie espère trouver des solutions pour atténuer l'impact de la crise du coronavirus sur l'économie. Les attentes sont grandes du côté des entreprises les plus touchées, soit les hôtels, restaurants et autres agences de voyage.

>> Ecouter le reportage de La Matinale auprès des entreprises menacées

Les exposants démontent les installations du Salon de l'auto à Palexpo, après l'annonce de l'annulation de la manifestation. [Salvatore di Nolfi - Keystone]Salvatore di Nolfi - Keystone
Les entreprises actives dans l'événementiel en première ligne face au coronavirus / La Matinale / 2 min. / le 5 mars 2020

Muriel Ballaman, Cléa Favre et Malika Scialom

Publié Modifié

Le chômage partiel en légère hausse

Le nombre de demandes de chômage partiel liées au coronavirus est en légère augmentation, mais reste faible en Suisse romande.

Outre du secteur touristique, la majorité des demandes proviennent de l'industrie manufacturière orientée vers l'exportation. Les sociétés actives dans le secteur évoquent des chaînes d'approvisionnement internationales partiellement défaillantes avec la Chine, la Corée du Sud et l'Italie, trois pays fortement touchés par le Covid-19, ont souligné les autorités de plusieurs cantons.

Un écran indique les emplois vacant dans le hall de l'Office Cantonal de l'emploi à Genève. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Le nombre de demandes de chômage partiel liées au coronavirus reste faible / La Matinale / 1 min. / le 5 mars 2020